Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

C’est quoi la définition d’un taux révisable ?

Quand on fait la demande d’un crédit, l’établissement bancaire ou l’organisme prêteur peut proposer le financement à taux fixe ou à taux révisable, ou le choix entre les deux voire des offres combinées dans certains cas. Pour le crédit à taux fixe, comme son nom l’indique, le taux reste invariable pendant toute la durée du crédit. Tandis que le crédit à taux révisable propose un taux initial qui varie en fonction de l’évolution de taux du marché. Au début du prêt, cette formule peut s’avérer intéressante par rapport au taux fixe mais au fur et à mesure que le remboursement avance, les mensualités flambent ou diminuent. Les emprunteurs doivent être capables de faire la différence entre ces deux formules de prêt et leurs spécificités car les écarts de taux peuvent faire perdre ou faire bénéficier de trésorerie de plusieurs milliers d’euros.

Les taux révisables proposent des mensualités plus basses au début de l’emprunt mais le taux changera chaque année à la date d’anniversaire du contrat. Le changement peut être à la hausse ou à la baisse et il dépend de divers indices de référence dont notamment l’EURIBOR. Celui-ci est le taux commun entre plusieurs banques en zones euro. On retrouve en principe deux variantes : l’Euribor à 3 mois et l’Euribor à 12 mois. Il y a aussi d’autres indices comme l’EONIA, ou la TME. En guise d’info, au cours des 3 dernières années, ces principaux indices ont passé du taux positif à un taux d’intérêt nul. Cette situation n’est cependant pas très courante, et la banque peut aussi ne pas s’y conformer. Avec ce taux, l’emprunteur ne peut donc pas connaître les échéances, le montant total du remboursement et les taux d’intérêts appliqués. Les candidats à l’emprunt ayant un profil risqué se voient octroyer plus facilement ce type de taux. La législation indique d’ailleurs que le taux peut être revu à la hausse comme à la baisse. C’est pourquoi, les souscripteurs de crédit qui ont obtenu un prêt à des taux élevés espèrent qu’au fil du remboursement des échéances, le taux peut baisser. En outre, il existe une limite à son augmentation. Celle-ci peut au plus haut degré double. C’est-à-dire, un taux de 4,02 % ne peut pas dépasser 8,04% mais en revanche, il pourra décroître jusqu’à 0%. Afin de limiter l’augmentation, certaines mutuelles proposent des taux variables avec un cap. Le taux capé ne suit pas la règle générale. En guise d’illustration, un cap+2 indique que pour un taux de 3%, le taux maximum qu’on peut appliquer est de 5 %. Le niveau de risque d’un taux capé est ainsi mois élevé que le taux révisable classique.
Remarques : il convient d’être prudent lors d’une opération de crédit car la plupart des cas de surendettement de ménages sont causés par un crédit revolving. Ce dernier propose un taux révisable. Et même si bon nombre de prêts sont capés, il faut se rendre à l’évidence que les mouvements de taux et les contrecoups du marché peuvent impacter sur son budget. Si on ne dispose pas de ressources d’argent conséquentes, il est préférable de sécuriser son crédit avec un taux constant afin de bénéficier d’une mensualité fixe. Cela aide à garder l’œil sur son budget.

Lors de la souscription à un prêt à taux variable, la banque ou l’organisme de financement peut proposer différentes formules :

  • Le taux avec un cap : comme on l’a mentionné plus haut, la variation d’un prêt bénéficiant ce taux ne peut pas dépasser un certain plafond indépendamment de l’évolution du marché.
  • Le plafonnement de l’échéance : dans ce cas, le montant du remboursement par mois est le même mais le prêt s’étale sur une durée plus longue ou il peut être raccourci.
  • La variation de taux minimal : le calcul du taux se fait suivant certains critères (à titre d’exemple, il ne dépasse pas 1,5% de hausse par an, ou la durée du prêt est écourtée en cas de baisse et rallongée en cas d’augmentation.

Bon à savoir : les prêts variables s’adaptent surtout aux cadres ou à une clientèle plus aisée car ils sont en état de supporter les mouvements de taux. Ce type de formule est également approprié lors de l’investissement locatif car les loyers aideront à compenser l’augmentation du taux. Et même si l’investisseur souhaite revendre son immobilier plus tard, il n’aurait pas de difficulté à la levée de pénalité de remboursement. Il convient également pour une utilisation pendant un peu de temps. Ainsi, tant que le taux est favorable, la rentabilité de l’opération est indiscutable, mais lorsqu’il commence à monter, il devient moins avantageux. Quoiqu’il en soit, il est toujours prudent d’opter pour un taux fixe pour le financement de son prêt immobilier afin d’éviter un risque de défaillance de paiement. Ce sont les prêts personnels ou le crédit renouvelable qui offrent normalement ce taux. Notons également que si une clause du contrat prévoit la possibilité du changement du taux révisable en prêt à taux fixe, le changement pourrait avoir lieu une fois pendant la vie du contrat.

Cette formule a vu le jour dans les années 80. Tout dernièrement, elle commence à gagner en popularité à cause des ses nombreux avantages. En premier lieu, ce taux permet aux emprunteurs d’avoir un taux initial plus faible que le taux fixe. L’écart assez intéressant avoisine 1 à 3 points. En outre, s’il y a une baisse de taux, le montant des mensualités diminue aussi en même temps. Par ailleurs, il permet aussi au débiteur de faire un remboursement de son emprunt avant la fin de son échéance, sans payer de frais de pénalités. Alors que dans un prêt fixe, le remboursement anticipé exige des frais. Enfin, il peut aussi être transformé en taux fixe dans le cas d’anticipation d’une augmentation plus brutale du taux. Mais ce changement est irrévocable.

Le point faible de cette formule est son risque. Il faut que l’emprunteur soit en état de faire face à l’augmentation du taux. Ce dernier est sujet aux fluctuations de l’indice. Mais tout dépend en fait de sa situation financière et de sa possibilité de remboursement dans le cas de hausse de taux. Par ailleurs, depuis que les banques ont décidé d’instaurer le prêt capé, les particuliers sont moins réticents à opter pour la souscription à un prêt révisable à court terme. Enfin, quelquefois la banque piège également avec un taux faible appelé taux d’appel dans un prêt révisable. Lors de sa révision, le taux d’intérêt sera alors réajusté à un niveau élevé. Il importe ainsi de faire la vérification si l’offre proposée comporte ou non un taux d’appel.

Le taux du prêt à taux révisable évolue à sa date d’anniversaire ou selon les modalités du contrat. Il est ainsi difficile de savoir le coût total de son prêt. C’est pour faciliter la lisibilité de cette procédure que la réglementation se durcit en imposant une simulation ou un exemple de la variation du taux du crédit et d’une fiche informative détaillée dans les grands magasins proposant cette formule. Pour les candidats à l’emprunt, le recours à un comparateur de taux sur internet est aussi à recommander car les deux taux du marché ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

Retour