Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

C’est quoi un refus de crédit ?

Une personne peut nécessiter des ressources pour un fond de démarrage, pour la concrétisation d’un projet ou l’achat d’un matériel ou d’un bien quelconque. Pour ce, les établissements de crédit et les banques sont en mesure de financer son projet. Toutefois, ils établissent des règles pour déterminer si le demandeur de prêt a la possibilité de payer le crédit. Cette méthode de scoring évalue ses chances de remboursement et l’éligibilité de son dossier. D’autre part, il est bon de savoir qu’il n’y a pas de texte de loi indiquant le droit à l’obtention d’un crédit à tout citoyen. Il arrive alors que parfois, une demande aboutit à une réponse négative pour diverses raisons. Ce refus qui pourrait être agaçant peut provenir par exemple des incidents de paiement au cours des dernières années, de l’incapacité de l’emprunteur de satisfaire le revenu minimum imposé par l’organisme de financement, d’une situation professionnelle exposée au risque de licenciement, d’un projet peu crédible etc. En fait, en faisant la demande de crédit, le demandeur aurait à donner des renseignements sur ses revenus mensuels, son âge, sa profession, son nombre d’enfants, son état matrimonial etc. L’entreprise de crédit évalue son risque financier grâce à ces données. Pour faciliter les choses, la plupart des établissements de crédit se servent d’un logiciel leur permettant d’analyser instantanément les informations. Ceci constitue une première approche sur la demande. Après, c’est au tour de département de risques de décider si le client satisfait ses critères de budget. Ce dernier prendrait ensuite connaissance de l’issue de la demande via le conseiller clientèle ou via un communiqué écrit. Précisons que tous les organismes de crédit n’ont pas les mêmes critères d’approbation d’un dossier. Il est ainsi probable qu’un demandeur pourrait trouver une banque qui accepte d’apporter son concours à son projet après quelques tentatives infructueuses auprès d’autres organismes bancaires.

Avant d’accorder un crédit, une institution de financement s’enquiert sur la situation financière de l’emprunteur. Ce processus de traitement peut prendre un certain temps. Elle analyse si le reste à vivre de la personne est suffisant et s’il a bien soldé ses dettes à temps. Enfin, elle vérifie aussi s’il n’est pas déjà inscrit au fichier national de remboursement des crédits (FICP). Cet historique financier est d’une importance capitale. Ce fichier contient le recensement des prélèvements non payés. Dans un tel cas de fichage, les solutions de recours sont rares. Il est pratiquement impossible d’obtenir un crédit sauf un prêt familial. Pour tous les cas de refus, les banques ne sont pas tenues d’expliquer leurs rejets de prêt sauf pour ce cas de radiation.

Il est d’usage pour les établissements bancaires de conserver certaines données. Quand un client est inscrit au fichier Central de Chèques à la suite des incidents sur son compte, son inscription au FCC durera 2 ans. Son compte est soumis à une interdiction bancaire jusqu’à une amélioration de sa situation. Toutes les banques seront avisées de cette information. Par ailleurs, si la personne a déjà fait la régularisation de son compte, il peut exiger son retrait du FCC à la banque. Le dé-fichage prendra effet dans les 2 mois suivant la réception de l’établissement des dettes dues. Après ce délai, la solution possible serait la reconstitution de son dossier pour une demande auprès d’un autre organisme de crédit. Notons qu’il est fort possible qu’un demandeur se voit refuser un prêt dans les banques de même groupe quelques années après cet épisode.

Si le client n’est pas refusé à cause d’un fichage ou d’un problème de surendettement, il pourrait être refusé à cause de son profil non correspondant aux critères de l’organisme prêteur. Soit qu’il se trouve dans une situation compliquée, avec un taux d’endettement trop important, soit que sa rentrée d’argent est trop précaire. Il se peut également qu’il y a des retards de paiement sur son compte au cours des dernières années. Dans le cas d’un prêt conséquent, l’institution financière passe au crible des éléments comme l’apport personnel, la fiabilité du plan de financement, l’expérience du demandeur lors d’un projet de création d’entreprise. En effet, lors d’une demande de financement pour une entreprise, une absence de fonds personnel est jugée inacceptable. Les critères en matières de crédit immobilier ne sont pas aussi les moindres. En plus de la somme demandée et des revenus du demandeur, l’établissement prêteur examine aussi la stabilité de son emploi, sa situation personnelle (célibataire, marié…). Une personne seule aura ainsi moins de chances de se voir octroyer un prêt immobilier car il n’a pas d’un deuxième salaire pour prendre en charge le remboursement en cas de défaillance. D’autre part, concernant l’obtention d’un crédit de consommation auprès d’une banque, il faut être son client pendant cinq années au moins, et avoir constitué une épargne suffisante chez elle. Soulignons que la moitié des demandes de prêt bancaire de consommation est refusée. C’est pourquoi, bon nombre de gens se tournent vers les organismes d’octroi de crédits pour l’achat des biens de consommation.

Il est à noter d’abord qu’une personne ayant fait une demande de surendettement à la banque de France n’est pas en mesure de faire une demande de crédit. Avant de se lancer dans cette option, mieux vaut alors éviter la déclaration de surendettement. Si son dossier est refusé auprès des banques, l’emprunteur peut recourir à de nombreux organismes de crédit. Malgré cela, il ne devrait pas aussi oublier de passer en revue les éléments de son dossier qui peuvent faire bloc sur l’obtention d’un financement. S’il s’agit d’un fichage au FICP, la solution la plus simple serait le règlement de ses dettes. S’il est motivé par un taux d’endettement dépassant les normes, d’autres organismes prêteurs peuvent faire preuve de plus de souplesse dans leurs conditions. Toutefois, il convient toujours d’assainir son compte bancaire si celui-ci fait souvent état d’un rejet de prélèvement. Il est ainsi préférable d’ajourner son dépôt de dossier quelques mois après cet épurement de son compte bancaire.
Concernant les entrepreneurs, des plate-formes du type Réseau entreprendre peuvent également leur donner un coup de pouce. Dans le cas d’un prêt en vue d’acquisition d’un immeuble, si la demande est rejetée à cause d’un revenu insuffisant pour le montant demandé, l’emprunteur peut faire la renégociation du bien. Il peut également faire appel aux aides publics tels que le PTZ de l’Etat s’il manque d’une bonne mise de fond. Par ailleurs, si l’emprunteur est propriétaire d’un bien immobilier, il aurait plus de chances de trouver un organisme qui accepte un crédit hypothécaire pour toutes ses dettes en cours. Dans ce cas, le recours à un courtier peut aussi lui être d’un précieux secours. Ce professionnel peut l’aider à obtenir le crédit d’une institution financière avec un meilleur taux. Enfin, si son cas frôle le surendettement, il lui restera à tenter pour le rachat de crédit avec tous les risques que cela engendre. Remarquons toutefois que les établissements de crédit ne ménagent pas un client qui ne paye pas ses échéances.
En somme, les démarches à faire en cas de refus de crédit ne sont pas similaires pour tous les cas. L’organisme bancaire n’a aucun intérêt à refuser d’accompagner un client dans son projet s’il trouve que son plan de business est fiable. En revanche, un demandeur aurait éventuellement à épurer son compte tout en optimisant les renseignements concernant ses ressources financières si sa demande n’est pas accordée. Sans oublier qu’évidemment, il faut fournir des informations vraies car les fausses données entraînent obligatoirement un rejet de prêt.

Retour