Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Comment éviter d’être pris sans la spirale infernale du surendettement ?

Les fins de mois difficile et un phénomène de plus en plus fréquent chez les ménages français. Selon une étude de la commission de surendettement, trois quarts des dossiers de surendettés sont causés par un aléa de vie tel qu’une invalidité temporaire, un divorce, un décès etc. Cet accident de la vie a bouleversé l’équilibre du budget du ménage. Dans l’ensemble, ce sont aussi des foyers ou des personnes qui ont contracté plusieurs crédits de consommation qui aboutissent à ce résultat incontrôlé d’endettement. Certes il y a plusieurs solutions pour résoudre ce problème, mais l’adage dit mieux vaut prévenir que guérir. Nous vous présentons alors les moyens pour éviter la spirale de surendettement.

Quand une personne ou un ménage a contracté plusieurs crédits auprès d’un établissement bancaire alors que ses charges mensuelles deviennent de plus en plus lourdes, cela pourrait présager le début de surendettement. L’endettement excessif arrive lorsque l’emprunteur n’arrive plus à honorer d’une façon durable les échéances de son remboursement de ses crédits. Ceux-ci peuvent être des crédits personnels, des crédits à la consommation, crédit renouvelable, prêt immobilier. Les dettes professionnelles s’ajoutent également dans les obligations qu’il n’arrive plus à payer. Les difficultés financières peuvent arriver à tout le monde. Mais dans la plupart de cas elles peuvent faire suite à un pépin de santé, un statut de veuvage inattendu, un enfant qui tombe soudainement malade… et les lettres de rappel dans sa boîte à lettre abondent tandis que son budget commence à partir à la dérive. A partir du moment où on a du mal à ficeler son budget, quand les fins de mois virent au rouge, on frôle le surendettement. Certaines personnes qui n’ont pas honoré deux ou trois fois le paiement de leur crédit pensent qu’il faut souscrire un nouvel emprunt afin de payer ses dettes antérieures, mais c’est cela même qui conduit à la spirale du surendettement. S’il est difficile de rembourser les créances à cause de sa baisse de ressources, mieux vaut trouver d’autres solutions plus fiables comme la vente de sa voiture par exemple, ou la mise en gage de ses bijoux.

Il y a d’abord le fait que la demande de crédit personnel est de plus en plus facilitée en France. Les banques octroient des crédits de consommation à des millions de personnes pour les aider à réaliser leur rêve. Cela a l’avantage de booster l’économie, d’autant plus que toutes les classes sociales peuvent bénéficier de ces différents types de financement. Si les critères sont plus serrés auparavant, aujourd’hui même les smicards peuvent bénéficier de crédits. Cependant, cette ouverture mène à la hausse de nombres de surendettés optant pour le rachat de crédit. Cela augmente en même temps les dossiers traités dans la commission de surendettement du moment que les emprunteurs n’arrivent plus à payer leur dettes. A part le manque de discernement de certains établissements financiers dans l’octroi de crédits, il y a également les difficultés passagères comme la perte d’emploi alors qu’on a souscrit de nombreux crédits. Il y a aussi la séparation ou le divorce, la rentrée d’argent dans un ménage monoparental est différente d’un foyer où les deux parents contribuent tous les deux au paiement de crédits. La maladie suivie d’une hospitalisation de longue durée peut également mener au surendettement car le budget consacré au remboursement de crédit servira à acquitter les frais médicaux non couverts par l’assurance. L’emprunteur ne peut plus faire face à la totalité de ses créances devant toutes ces situations. On parle alors de surendettement.

Avant de contracter un crédit, il est primordial de bien vérifier d’abord sa capacité de remboursement et son taux d’endettement. Mieux faut imposer une certaine marge dans le calcul afin de se prémunir des accidents de la vie qui peuvent survenir. Pour faire ce calcul, il faut faire la division du coût total du crédit par la somme de rentrée d’argent du foyer. Pour éviter le poids financier du surendettement, il est préférable de ne pas contracter un crédit si ce taux est supérieur à 30%.Sauf si on a des revenus très stables et qu’on peut compter sur des garanties en cas de problèmes. Par ailleurs, quand on a déjà du mal à assurer ses arrières et en plus on a des découverts bancaires et des mensualités non payés, la souscription à un nouveau crédit est d’abord totalement décommandée. En plus, l’intéressé ou le ménage peut soit consulter les spécialistes de rachat de crédit, soit contacter une assistante sociale ou encore saisir la commission de surendettement. Quand sa situation financière est très engagée, la commission reste la solution pertinente pour s’en sortir. Mais si le montant total de solde de ses crédits n’atteigne pas encore une somme exorbitante, d’autres solutions plus ou moins efficaces peuvent alléger son surendettement comme le micro crédit etc.

Si la restructuration de dettes constitue un moyen plus sage d’équilibrer son budget comparé à une demande de nouvel emprunt, cela ne signifie pas qu’elle permet de vivre sereinement sans plus se soucier de paiement de ses crédits. Cette solution de regroupement de dettes se fait d’abord par la souscription d’un nouvel emprunt qui vient consolider tout ou une partie de ces crédits en cours. La durée du paiement du nouveau prêt est rallongée. L’organisme de rachat pourrait aussi prêter une trésorerie pour permettre au surendetté de financer un projet personnel par exemple. Si le taux d’intérêt proposé par l’établissement de rachat est bas, cette solution est avantageuse. De la fiscalité lourde, en passant par l’impossibilité de rembourser les crédits, jusqu’au besoin d’un nouveau financement, tout entre au cœur du rachat de crédit. En revanche, si le taux proposé par l’établissement de rachat ne diffère pas beaucoup des taux de ses anciens crédits, il vaut mieux ne pas opter pour cette solution. Car au nouveau prêt amortissable dans la durée s’ajoute les intérêts. Ce qui pourrait conduire à la spirale de surendettement si l’emprunteur ne sait pas comment appréhender l’avenir. Le regroupement de dettes n’est donc pas une solution miracle mais il permet de bénéficier d’une grande souplesse au niveau de la gestion de son budget. Sa limite se situe au niveau de l’augmentation du coût du crédit par rapport à ceux qu’on a déjà contractés. Pour obtenir la plus grande marge de bénéfice possible, il est conseillé de faire une comparaison de taux d’intérêt sur internet. L’avantage de cette solution c’est qu’elle ne conduit pas au fichage au Ficp. Quand on s’est arrangé avec sa banque pour ses retards de paiement de crédits et ses découverts, tout rentre dans l’ordre dès que l’opération est en marche. Dans tous les cas, la baisse de ses exigences matérielles est toujours à recommander si on veut sortir d’une situation financière pesante.

Cet organisme public permet au surendetté de sortir entièrement du surendettement mais elle entraîne l’inscription au FICP. Le recours à cette institution ne signifie pourtant pas qu’on peut arrêter le paiement de ses crédits. La commission propose deux solutions pour sortir la tête dans l’eau : le plan conventionnel de redressement personnel et la procédure de rétablissement personnel avec ou sans liquidation judiciaire.

Retour