Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Comment réduire son taux d’endettement ?

Bon nombre de foyers doivent passer par la demande de crédit pour devenir le propriétaire d’un bien immobilier ou pour acquérir une voiture neuve etc. Or, l’octroi d’un prêt bancaire est soumis à plusieurs conditions dont le taux d’endettement inférieur à 33 %. Cela permet aux institutions financières de réduire leur risque de non-remboursement de l’emprunt. Les emprunteurs ont donc intérêt à baisser ce taux avant de faire une demande de crédit. Mais comment faire ? Lisez notre article pour vous éclairer sur ce sujet.

Le taux d’endettement d’un foyer est le rapport entre ses dépenses mensuelles fixes et ses revenus mensuels multipliés par 100. Les charges mensuelles fixes incluent par exemple le loyer, le remboursement des crédits, les factures d’électricité et de téléphone, le carburant de voitures, la pension alimentaire etc. Les revenus fixes comprennent le salaire, les pensions, les aides d’Etat, les revenus fonciers etc. Il est bon cependant de savoir que la plupart des banques n’ajoutent pas dans leur calcul les aides sociales, les primes non contractuelles et les pensions.
Ce taux représente un aperçu global de la situation économique d’un emprunteur. Concrètement, les banquiers se servent de ce taux pour évaluer l’endettement d’un candidat à l’emprunt. Pour ce, ils imposent une limite de 33 % même s’il n’y a pas de règle juridique stipulant ce seuil à ne pas dépasser. Si le tiers des revenus mensuels fixes d’un ménage s’en va ainsi aux charges mensuelles, les banques se doutent sur sa solvabilité et estiment qu’il n’est pas capable d’assumer un nouveau crédit. C’est pourquoi, il est conseillé de réduire ce taux d’endettement avant de procéder à une demande de financement.

Pour connaître au préalable son taux d’endettement, on peut recourir aux outils de simulation sur les sites de rachat de crédit en ligne. Ces outils permettent également de savoir le montant sa capacité d’emprunt, les mensualités à payer en fonction du montant du crédit, le coût total du crédit etc.
En général, les emprunteurs qui ont contracté plusieurs prêts (prêt renouvelable avec les cartes de crédit, prêt immobilier, crédit voiture, crédit travaux etc.) sont les plus sujets à cette hausse du taux d’endettement. Leur taux peut monter jusqu’à 45 % voire plus lorsqu’ils ont subi des aléas qui déséquilibrent leur budget. Dans ce cas, il existe plusieurs possibilités qui permettent d’avoir une baisse significative de son taux d’endettement.

  • la solution de rachat de crédit :
    la première possibilité est de se faire racheter tous ses crédits par un établissement de rachat de crédit. Cette solution financière appelée rachat de crédit ou regroupement de dettes permet de baisser son taux d’endettement. Elle consiste à regrouper tous ses crédits ou une partie de ces prêts en un seul. Dans ce cas, l’emprunteur aurait affaire à un seul interlocuteur et il paiera une seule mensualité réduite au lieu de plusieurs. C’est cette baisse de mensualité à payer qui permet de réduire le taux d’endettement et en même temps permet au surendetté de souffler un peu. Le budget consacré au remboursement de crédits sera ainsi diminué grâce à l’opération de regroupement de dettes. En fait, ce montage financier a plusieurs avantages : outre la baisse de ratio d’endettement, il permet au ménage d’améliorer sa capacité d’épargne. Il permet également de bénéficier d’une trésorerie supplémentaire si son profil est éligible à ce financement. Cependant, il faut noter qu’en contrepartie de l’allègement de mensualité à payer, le remboursement du nouveau crédit de rachat sera plus long. Ce qui augmentera systématiquement le coût du nouveau prêt.
  • le rééchelonnement de dettes ou l’allongement de la durée des prêts :
    Si son profil bancaire présente de risques pour le rachat de crédit et sa demande est refusée, il est toujours possible de contacter les établissements de prêts pour renégocier ses crédits. Supposons qu’un ménage a souscrit à un crédit immobilier dont le remboursement s’étale sur 15 ans. Mais au bout de quelques années, il a de difficulté de paiement due à la baisse de revenus de l’un des couples. Dans ce cas, ils peuvent se rendre auprès de sa banque pour lui demander de rallonger de 10 ans la durée du crédit immobilier. En pratique, cette solution permet de baisser le montant de ses mensualités, son taux d’endettement et ses charges mensuelles. En revanche, comme dans le montage financier de regroupement de dettes, l’allongement de la durée du remboursement du crédit entraine une hausse de son coût global.
  • la négociation du taux d’intérêt :
    Le taux d’intérêt élevé avec l’assurance-emprunteur impacte sur la capacité du remboursement d’un emprunteur. Il convient ainsi de négocier son taux d’intérêt du prêt immobilier auprès de son banquier. Pour ce, le souscripteur au crédit peut obtenir une baisse de son taux d’intérêt du crédit immobilier s’il met en avant des arguments comme son profil de futur client (s’il cherche à contracter un prêt immobilier auprès de la banque).
    Par ailleurs il faut noter que les banques se montrent peu enclines à accepter une négociation du taux d’intérêt. Mais si l’emprunteur est déjà client de longue date de l’établissement bancaire et qu’il a un bon scoring bancaire, ses chances d’avoir une renégociation de crédits ne sont pas minimes. Pour ce, il peut faire valoir son état de santé (en bonne santé et non fumeur), sa situation professionnelle (CDI ou cadre), le niveau historique de taux immobilier actuel etc.
  • la recherche des prêts complémentaires :
    L’emprunteur peut également chercher des prêts comme le taux-zéro ou le prêt d’épargne logement pour alléger son ratio d’endettement.
  • le lissage de crédits :
    certaines banques permettent le « crédit lissé » qui aide à contourner le surendettement de l’emprunteur. Ce montage financier s’adresse aux emprunteurs qui ont un plan de financement comportant plusieurs prêts comme le prêt 1%, le PEL, le PTZ… En lissant ses différents crédits entre eux, le montant de mensualités d’un souscripteur aux crédits sera optimisé.
  • la suppression de ses dépenses non indispensables :
    Pour respecter l’impératif de la limite d’endettement, un emprunteur peut également vendre les objets dont il n’a plus besoin, ou vendre sa voiture s’il en a deux. Cela permet en même temps de réduire ses dépenses carburant. Il peut également arrêter l’abonnement à l’internet, l’abonnement télévision ou chercher un loyer plus abordable.

Pour en revenir aux critères bancaires dans un accord de crédit, outre le taux d’endettement inférieur à 33 %, les banques tiennent compte des revenus de l’emprunteur, son reste à vivre, la stabilité de sa situation professionnelle (idéalement un emprunteur en CDI), son comportement bancaire (aucun rejet de prélèvement ni incident bancaire pendant les 6 derniers mois avant la demande de crédit), sa situation familiale (idéalement un couple marié en CDI). Les institutions bancaires privilégient également un apport personnel plus ou moins conséquent (épargne…). L’établissement prêteur évalue la totalité de ces points dans son étude pour estimer si son niveau de risque est élevé ou non. Dans le cas d’un score faible, la banque peut demander des garanties (hypothèque) ou cautionnement mutuel alors que pour un score élevé, elle peut accepter une négociation de taux d’intérêt.

Retour