Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Les facteurs induisant au surendettement des ménages

Les prêts étaient autrefois utilisés uniquement pour augmenter les moyens de production, et en partant, augmenter les revenus. Mais au fil de l’évolution de l’économie et de la création de nouveaux produits de consommation, les crédits adressés aux particuliers servaient à financer une dépense quelconque. De nouveaux types de prêts sont apparus sur le marché et les consommateurs se ruent à en souscrire pour acquérir des biens ou profiter d’un service. Les crédits bancaires adressés aux particuliers se sont accrus considérablement tant en matière de volume qu’en matière de diversité. Cela est dû au fait que les consommateurs veulent de plus en plus profiter d’un bien ou d’un service que leurs revenus ne permettent de payer dans l’immédiat.

La course à la consommation, un facteur important de l’endettement
Le prêt est une sorte d’avance qui permet d’acheter un bien à charge. L’emprunteur peut rembourser petit à petit la somme reçue moyennant frais et intérêt. Le désir de posséder tout et tout de suite oblige les gens à recourir à l’emprunt. Et quand le prix d’un bien (logement, voiture, électroménager de grande marque, etc.) est trop cher pour le budget du ménage, le recours au prêt devient l’ultime solution. De ce fait, les banques et les établissements de crédit ont eu raison de mettre sur le marché des prêts adaptés, destinés à appâter ce type de consommateurs.
Les nouveaux prêts engendrés par les nouveaux besoins
Avant, les banques octroyaient uniquement des prêts en vue de création de richesse. À titre d’exemple : un agriculteur emprunte de l’argent pour acheter une machine agricole ou pour s’approvisionner en engrais. Ainsi, il peut produire plus et gagner plus, et ce nouveau bénéfice lui permet d’accroitre son patrimoine et payer la banque. Actuellement, les crédits servent aussi à financer une consommation. Et les besoins des particuliers ont tellement développé que d’autres types de prêt on vu le jour : prêt bateau, prêt moto, prêt vacances sans parler des prêts plus importants comme le prêt-éducation et les prêts non dédiés comme le crédit renouvelable.

À la suite de la Deuxième Guerre mondiale qui a ravagé des centaines de milliers de bâtiments et jeter des millions de personnes à la rue, le gouvernement français s’est mobilisé pour reloger les sans-abris. C’est le début d’aide au financement pour le logement. Mais le nombre de ménages qui n’ont pas la possibilité financière d’acquérir des logements s’est accrue au fil des années, l’Etat a alors encouragé le secteur privé à faciliter l’accès à la propriété.
La véritable aide à la construction de logement commence en 1953 par l’instauration du 1% patronal, c’est-à-dire l’obligation pour l’employeur d’une entreprise de plus de 10 salariés de verser 1% de la masse salariale pour aider ses employés à se faire construire une maison. La loi n° 65-556 du 10 juillet 1965 offre aux locataires d’HLM la possibilité d’acquérir leur logement. C’est ce qui incite bon nombre de citoyens à trouver le moyen d’acheter le local qu’ils occupaient, notamment en souscrivant des prêts.

Le 3 janvier 1977, l’État a intervenu avec la loi n° 77-1 en instaurant le Prêt d’accession à la propriété (PAP), le Prêt locatif aidé (PLA), l’Aide personnalisé au logement (APL) et les Prêts conventionnées. En septembre 1990, un décret favorisant l’investissement locatif et promulgué en même temps qu’un décret qui met en œuvre le droit au logement. En 1992, le Livret A et les Livrets d’épargne populaire (LEP) ont été mis à contribution pour les programmes de logements locatifs sociaux. En même temps, le fond de garantie pour les prêts accordés aux ménages les modestes a été instauré.
En parallèle, l’Etat encourage les particuliers dans leur quête d’acquérir de logement ou de fournir des logements par le biais de l’investissement locatif. Les nouvelles dispositions tels que le Prêt à taux zéro et la loi Pinel (défiscalisation des logements à louer) ont encouragé les particuliers à devenir propriétaire.
Et comme ces différentes aides n’arrivent pas à fournir le budget nécessaire pour l’acquisition de logement, le prêt immobilier a connu un boom considérable.

Prêt à la consommation, prêt immobilier, prêt auto, crédit renouvelable, crédit personnel, … Il existe actuellement divers types de prêt qui se distinguent par leur montant, leur durée, leur taux ou leurs conditions d’obtention. L’on se demande si cela encourage les particuliers à emprunter puisque l’une au moins de ces offres de crédits correspond à leur profil et s’adapte à leur besoin.
À titre d’exemple, un couple avec 2 enfants disposant un revenu mensuel de 2 800 € peut aisément consacrer 99 € de son budget mensuelle pour acheter une plaque de cuisson en une seule fois malgré l’insuffisance de leur revenu. Mais face à la perspective offerte par un crédit personnel, rien n’empêche cette famille d’acheter un four à 1 399 €. En effet, en souscrivant un prêt de 1 400 € à un taux de 6% pour 48 mois (4 ans), elle ne paie que 33 € /mois de mensualité. Il y a toutefois un cas rarement exposé. Non seulement ce ménage vit au-dessus de ses moyens en achetant un électroménager qui coûte la moitié de leur ressource financière mensuelle, mais aussi et surtout, il paie 173 € de coût de crédit qui, à lui seul, peut servir à acheter une meilleure plaque de cuisson. De plus, si cette famille épargne 33 € par mois. Elle arrive à constituer 1 584 € en 4 ans, plus les intérêts qu’elle peut en tirer.
Vue sous cet angle, la disponibilité des offres de crédit sur le marché incite les ménages à emprunter. Et là où le bât blesse, l’emprunt réduit l’épargne et augmente la dépense via le coût de crédit (frais, assurance, intérêt).

Un crédit non-affecté est un prêt que le l’emprunteur peut disposer librement pour financer n’importe quel achat. Aucune justification pour l’utilisation exacte de la somme n’est demandée. C’est l’inverse du crédit affecté comme le crédit immobilier qui doit servir à acquérir uniquement le bien immobilier mentionné. Il existe deux grands types de crédit non-affecté actuellement.
Le prêt personnel
Le prêt personnel est un crédit d’un montant compris entre 200 € et 75 000 € et d’une durée de remboursement supérieur à 3 mois. L’emprunteur connaît à l’avance la somme dont il a besoin (15 000 € par exemple). La banque ou l’organisme prêteur lui offre un montant précis. Il doit par la suite rembourser cette somme chaque mois pendant la durée convenue à un taux d’intérêt fixe. Une fois qu’il a reçu la somme, le débiteur doit rembourser celle-ci même s’il ne l’a pas utilisé pour l’achat d’un bien quelconque.
Le crédit renouvelable
Le crédit renouvelable est un capital que l’établissement prêteur met à la disposition de l’emprunteur. Ainsi, il peut utiliser librement à sa guise soit en totalité, soit par tranche. Un individu qui dispose d’un crédit renouvelable de 3 000 € peut utiliser 300 € pour acheter un Home Cinéma et 1 700 € pour l’achat d’un scooter. Une fois les 2 000 € remboursé, il dispose à nouveau de 3 000 €. Avec le crédit renouvelable, l’emprunteur ne rembourse que le montant utilisé et ce à un taux d’intérêt révisable. Et il peut utiliser plusieurs fois le montant prêté à chaque fois que le précédant est remboursé.

Retour