Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Prêt immobilier et refus pour découvert bancaire

En faisant l’étude du dossier d’un candidat à un crédit immobilier, la banque effectue l’analyse de risque afin d’identifier la solvabilité de l’emprunteur. Pour ce, elle étudie à la loupe la situation financière de cette dernière (le reste à vivre, les incidents de paiement, le découvert bancaire etc.). Elle tient compte également de son apport personnel. Le fait qu’un emprunteur a un découvert bancaire ne signifie pas forcément qu’il ne peut pas obtenir un prêt immobilier. Mais il n’est pas rare de voir refuser son projet de construction ou son d’achat d’une maison à cause de découvert bancaire. Que faut-il savoir lorsqu’on est dans cette situation et que faire en cas de refus ? Réponses de la rédaction.

D’abord, les banques et les établissements financiers effectuent minutieusement l’analyse d’un dossier d’un candidat au crédit immobilier avant de lui accorder le prêt. Cette analyse leur permet d’avoir une certitude que le profil de la personne cadre avec les critères bancaires du prêt. La réponse de l’établissement financier dépend ainsi de la situation financière de l’emprunteur et la contribution financière qu’il peut apporter dans le projet. Le fait d’avoir un profil sain, sans découvert bancaire ni rejet de prélèvement avec un reste à vivre suffisant, un taux d’endettement acceptable et un emploi en CDI constitue un pas dans l’obtention d’un prêt immobilier. Les organismes prêteurs privilégient même l’emprunt en couple où l’emprunteur et son conjoint ont tous les deux une situation financière stable. En clair, le couple ou la personne dans le rouge peut avoir du mal à obtenir un crédit immobilier parce leur situation financière ne répond pas à la norme bancaire. Un découvert signifie pour les organismes prêteurs une propension à la consommation qu’à l’épargne. Cependant, il faut noter aussi que les banques vérifient également le montant du découvert, sa durée ou sa fréquence. S’il s’agit d’un découvert de quelque vingtaine ou trentaine d’euros par mois, l’établissement bancaire pourrait considérer les circonstances en fonction des arguments avancés par l’emprunteur ou du courtier qui représente son dossier.

Lors de l’ouverture d’un compte bancaire, un client signe une convention avec l’établissement financier. Celle-ci comporte les règlements sur le découvert autorisé. Or, supposons que ce titulaire de compte a fait des crédits revolving et prêt à la consommation. Au bout de quelques mois de remboursement, à cause de sa mauvaise gestion, il a des fins de mois difficiles et il n’arrive plus à alimenter son compte pour les mensualités du crédit. Il recevra alors un rejet de prélèvement car il a son compte affiche un solde supérieur à la barre de dépassement autorisé. Or, il envisage de faire un crédit immobilier car la stabilité de ses revenus et son placement en épargne peuvent être des atouts dans l’obtention de ce prêt. Dans ce cas, il lui est conseillé de régler ses incidents de paiement et de vérifier son taux d’endettement avant de solliciter un établissement pour le financement de l’achat d’une maison. Ces incidents de paiement ne doivent pas figurer dans les 3 derniers relevés bancaires (chèque impayé, rejet de prélèvement de carte bancaire etc.). Lorsque la banque constate ces problèmes financiers, elle rejette systématiquement le dossier. Mieux vaut donc attendre quelque temps pour faire la demande de prêt immobilier, afin que ces dépassements non autorisés n’apparaissent plus dans les 3 derniers relevés de compte. L’établissement bancaire doit trouver une situation normale dans l’étude de ces relevés avant de poursuivre son analyse sur le reste à vivre du client et son apport personnel. Dans le cas d’un double prélèvement effectué par le gestionnaire du compte, ou d’un retard de virement de salaire, le titulaire du compte pourrait fournir une explication justifiant cet incident. Cela rassurera les banques et elles peuvent alors accorder le prêt immobilier si l’emprunteur peut aussi démontrer qu’il peut mettre de l’argent de côté.
Bon à savoir : l’obtention d’un crédit à la consommation est possible même avec un historique de compte à découvert mais les critères bancaires sont très serrés, car l’achat immobilier s’agit toujours d’une valeur conséquente.

Voilà la question qu’on peut poser car il arrive également qu’un établissement bancaire refuse d’accorder un prêt immobilier même si le profil bancaire de l’emprunteur n’affiche aucun incident de paiement. En effet, l’obtention du financement d’un crédit immobilier ne dépend pas uniquement de découvert bancaire. Cet équilibre de compte bancaire montre la capacité de l’emprunteur à faire le remboursement d’un crédit sur le long terme. Mais la banque étudie aussi le taux d’endettement, les revenus de l’emprunteur, le montant de l’épargne, le bien à hypothéquer ainsi que sa situation familiale (marié, en couple pacsé, divorcé, en instance de divorce, célibataire ou en concubinage). Si son dossier est rejeté, le candidat au prêt immobilier peut évidemment tenter sa chance auprès des autres organismes financiers. Le recours aux outils de comparateurs de crédit immobilier en ligne lui permet également de dénicher l’institution financière qui propose le meilleur taux d’un crédit immobilier. Pour mettre toutes les chances de son coté, il peut également augmenter le montant de son apport personnel, ou faire valoir les garanties supplémentaires qu’il peut apporter (hypothèque d’un mur commercial ou d’un bien immobilier par exemple).
Il faut souligner également que le nombre de crédits à la consommation a un impact sur l’octroi d’un prêt immobilier. Les établissements financiers se montrent réticents à accorder un prêt immobilier à une personne ou à une famille qui a souscrit à plusieurs prêts personnels et prêt revolving. Le fait est que la banque ne prête qu’aux bons gestionnaires pour éviter la perte de leur financement en cas de recours de l’emprunteur à la commission de surendettement.
Ainsi, si une personne a plusieurs crédits à la consommation, elle devrait penser à regrouper ces prêts en un seul. Le rachat de crédit ou regroupement de dettes permet de consolider les prêts en un seul et ne payer qu’une seule mensualité. Cette opération financière aide à équilibrer le budget, et à améliorer son taux d’endettement. Son inconvénient c’est que le candidat au rachat s’endette sur une durée plus longue, ce qui pourrait augmenter le coût du crédit avec le montant des intérêts. Cependant, il est possible de négocier ce taux d’intérêt et il est même judicieux de faire la comparaison de ce taux d’intérêt avant de choisir un établissement de rachat. Lorsque les crédits à la consommation de l’emprunteur sont rachetés par un organisme de rachat, ses chances d’obtenir un prêt immobilier seront plus élevées. Enfin, le candidat au prêt immobilier devrait aussi calculer son taux d’endettement avec le prêt immobilier inclus. Ce taux ne devrait pas dépasser 33 %. Ce calcul peut aussi être fait sur les calculettes en ligne.

Les banques refusent la demande de crédit immobilier ayant des découverts bancaires récurrents à moins que ces incidents soient justifiés. Avant de faire une demande de prêt à l’habitat, il est aussi préférable de calculer son taux d’endettement et de chercher à regrouper ses nombreux crédits à la consommation.

Retour