Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Quels sont les avantages et inconvénients du crédit à la consommation ?

Le crédit à la consommation offre une grande liberté d’utilisation. C’est aussi un outil fort pratique pour le financement de ses achats et pour assumer ses dépenses au quotidien. On peut acheter un bien sans devoir attendre son salaire ou ses revenus mensuels. Mais une fois que ses fins de mois virent dans le rouge et qu’il y a de compte à découvert, on voit que le prêt à la consommation pourrait conduire au surendettement. Zoom sur les avantages et inconvénients de ce type de prêt.

Ce terme s’applique aux crédits à la consommation, non immobiliers, dont le montant s’échelonne entre 200 euros et 75 000 euros et dont la durée dépasse plus de 3 mois. Les conditions de ce type de prêt sont faites lors de la souscription. On retrouve en premier lieu le crédit revolving avec un taux variable qu’on peut utiliser à son gré pendant l’année et dont la reconstitution du fond se fait au fil du remboursement de l’emprunteur. Il y a aussi le crédit personnel, un prêt qu’on peut rembourser par mensualités avec un taux fixe et un échéancier fixe et qu’on peut utiliser comme bon lui semble. Enfin, on retrouve également le crédit personnel affecté au financement d’un bien comme un meuble ou une voiture. Si l’établissement prêteur refuse le crédit, la vente est annulée. Et en cas d’annulation de vente, le crédit est aussi annulé. Les prêts pour la rénovation ou l’entretien d’une maison s’ils ne visent pas à acquérir un bien et s’ils ne dépassent pas la limite maximale de 75 000 euros, sont aussi classés dans cette catégorie. Il en est de même pour les délais de paiement, les facilités de paiement et les découverts bancaires.
On classe également dans ce type de crédit toute opération de financement apportée par une personne contre rémunération sans qu’il y ait forcément un prêteur. Tels sont par exemple les services des agences de voyages, des grandes surfaces etc. Ces intermédiaires auront à respecter les règles régissant la protection de l’emprunteur.

Ce marché florissant a l’avantage de permettre d’avoir un certain fond sans qu’il y ait apport financier. En plus, le souscripteur au crédit n’est pas obligé de payer en une seule fois le bien ou le meuble qu’il a acheté. Grâce au fonds octroyé par l’établissement de prêt, il n’aurait pas à faire une dépense qui n’est pas proportionnelle à son budget. Ce type de prêt lui permet également de bénéficier d’un droit de rétraction de 14 jours. Ce droit lui confère la possibilité de revenir sur ses décisions d’achats pendant les jours indiqués. Avant la loi Lagarde de 2011, ce droit est seulement pour une semaine. Par ailleurs, les vendeurs du crédit sont aussi obligés de proposer une autre alternative au crédit revolving s’il est question d’achat dépassant les 1000 euros. Les vendeurs percevaient auparavant des commissions si les consommateurs optent pour le crédit renouvelable qui est une option plus onéreuse. Les clients peuvent ainsi choisir un prêt classique à taux fixe si son achat dépasse 1000 euros. Et, comme dans tous types de prêts légaux, l’établissement de prêt doit consulter le dossier de fichage au FICP avant l’accord du prêt. Cela évite le non-remboursement ou le problème d’insolvabilité de l’emprunteur à court ou à long terme.
Par ailleurs, ce type de prêt évite le risque de faire de chèque sans provision. Ce choix coûte moins cher que le compte à découvert. L’emprunteur peut obtenir facilement ce type de prêt et il peut même le négocier pour le prêt personnel par exemple. Toujours pour ce dernier cas, les mensualités à payer sont fixes. L’emprunteur connaît d’avance la durée et le montant de son remboursement et il n’a pas à justifier de l’usage de son crédit. Et si celui-ci est remboursable dans un délai court, il peut bénéficier d’un taux d’appel bas. L’autre élément intéressant, c’est qu’il peut aussi solder le prêt sans pénalités.
Pour l’organisme de financement, cette opération constitue un bénéfice non -négligeable du fait que les taux d’intérêts pratiqués sont quelquefois plus élevés comparés au taux du marché. Et du point de vue de l’économie, la croissance est assurée car le prêt à la consommation incite les gens à dépenser et à consommer plus.

Ce type de crédit a souvent des taux d’intérêts au-dessus de ceux pratiqués dans le marché. Il est aussi le premier motif de surendettement car les souscripteurs ont l’illusion de pouvoir acheter tout ce qu’il veut sur-le-champ, sans qu’ils se préoccupent de modalités de remboursement. Or, le remboursement est reporté le mois suivant et il se découvre avec un reste à vivre insuffisant s’il a fait un achat au-dessus de sa capacité de remboursement. D’autre part, à cause de l’obligation de la vérification de la solvabilité de l’emprunteur, le nombre de gens qui contractent ce type de crédit a diminué. Dans un sens, cela baisse le pourcentage de personnes surendettées ayant des dossiers dans la commission de surendettement ou ceux qui doivent recourir au rachat du crédit. Le crédit renouvelable étant le premier facteur conduisant à l’endettement excessif. Il y a également le cas de prêt personnel non affecté à l’acquisition d’un bien précis. Si l’emprunteur a acheté un bien mais celui-ci est défectueux ou s’il y a défaut de livraison, il aurait toujours à rembourser le prêt. Et enfin, le crédit personnel est toujours accompagné de frais de dossier.

Le prêteur peut être un établissement bancaire, ou un établissement financier spécialisé dans la vente de crédit, ou une personne physique ou morale (prêt entre particuliers). Le remboursement de prêt à la consommation ne dépasse pas 5 ans au maximum. Et s’il s’agit d’un montant inférieur à 3000 euros, il est remboursable en 3 ans au maximum. Concernant le taux, pour un crédit moins de 3000 euros le taux d’intérêt est de 20,29%. Pour un crédit entre 3000 à 6000 euros, il est de 16,25%. Et si le montant emprunté dépasse cette somme, le taux maximal est fixé à 11,48%. Mais un certain nombre d’établissements prêteurs contournent ces règles.
En ce qui concerne les découverts bancaires, s’il dure plus de 3 mois, il est considéré comme crédit à la consommation. Ils seront donc soumis à des règles de remboursement. L’établissement bancaire peut mettre fin à cette situation en envoyant un préavis de 2 mois au minimum. Mais il a légalement aussi le droit de ne pas informer son client.

Les crédits à la consommation ont beaucoup d’avantages par rapport au paiement au comptant. Le consommateur peut obtenir un bien de consommation en payant plusieurs fois jusqu’à la fin des mensualités. Dans certains cas, il peut aussi obtenir de financement sans devoir justifier de l’utilisation de l’argent. En revanche, ces crédits peuvent augmenter ses charges personnelles s’il a déjà une rentrée d’argent insatisfaisante. Les taux d’intérêts de ce type de crédits sont aussi plus conséquents. Enfin, la souscription à un crédit renouvelable est la source de nombreux cas de personnes surendettées.

Retour