Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédit et les différents seuils d’endettement

Le taux d’endettement est un élément important lors d’une demande de financement pour le regroupement de dettes ou pour une demande de prêt immobilier. L’octroi du rachat dépend de ce taux. En règle générale, le seuil à ne pas dépasser environne 33 %. Le candidat au rachat peut faire le calcul gratuit de ce ratio d’endettement sur les sites de simulation de rachat en ligne mais les établissements financeurs se servent souvent des documents envoyés par l’emprunteur pour établir ce taux. Explications.

Nombreux sont les ménages qui se souscrivent à des crédits pour pouvoir financer l’achat d’un logement, les travaux de réhabilitation d’une maison, l’acquisition d’une voiture etc. Or, la mauvaise gestion de budget, l’accumulation de crédits, les aléas de la vie, les faibles revenues pourraient entraîner l’emprunteur dans la spirale de surendettement. Cela a pour effet de produire un bilan d’endettement lourd avec le découvert bancaire, les incidents de paiement de crédits, les dettes fiscales ou professionnelles impayées. Pour se prémunir de cette situation, les banques font le calcul du taux d’endettement du candidat à l’emprunt avant de lui octroyer le prêt ou le rachat du crédit. Cette évaluation de la capacité de remboursement de l’emprunteur est obligatoire lorsque les finances du candidat à l’emprunt seront engagées sur une longue période. Ce taux d’endettement n’est pas la seule donnée prise en compte par l’établissement financier car l’organisme de prêt étudie aussi le reste à vivre et le scoring bancaire.
La plupart des organismes financiers et des banques admettent un taux d’endettement moins d’un tiers de ses revenus, soit équivalent ou moins à 33%. Ce ratio est représenté par la part des rentrées d’argent mensuels fixes du candidat au prêt consommé dans le remboursement de ses prêts encours (les revenus par intérim ne sont pas comptés).
Calcul de ratio d’endettement ou montant total de ses prélèvements par rapport à son budget = (charges/revenus)x 100.
A noter que les banques peuvent accorder le financement sollicité même si le débiteur excède ce chiffre en fonction du risque qu’elles prennent dans l’investissement et les revenus de son client. Si ce dernier dispose de revenus confortables, elles peuvent accepter un financement à un endettement de 40 % mais s’il a des modestes ressources d’argent, les banques pourraient rechigner à regrouper des prêts au-délà d’un taux de 30 %. Et pour un emprunteur au SMIC avec un taux d’endettement de 28 %, et un reste à vivre de 700 euros pour 3 personnes, les banques pourraient aussi refuser une demande de crédit. A rappeler que le taux d’endettement maximum accepté par les établissements pour le regroupement de dettes est de 42 %.

Lorsqu’un débiteur fait plus de dépenses que des recettes à chaque paiement de mensualités, il se trouve déjà dans l’endettement. Or, dès que les charges sont trop importantes par rapport aux rentrées d’argent, aucun établissement de prêt n’accepte pas de lui accorder une nouvelle demande de crédit sauf un prêt hypothécaire. Le débiteur devrait alors se tourner vers la solution de rachat de crédit. Afin d’évaluer s’il lui est possible de se voir accorder une demande de consolidation de ses dettes, il lui est conseillé de recourir aux calculettes en ligne. Cette opération lui permet également d’évaluer l’intérêt du rachat et de penser aux autres solutions possibles si son ratio d’endettement est trop élevé.
Pour effectuer soi-même ce calcul de ce ratio, il faut prendre ses relevés de compte de 3 derniers mois et faire la liste de ses charges et de ses revenus. Les charges incluent le remboursement des prêts en cours (crédit immobilier, renouvelable, prêt à la consommation etc), pensions divers ou autres charges. Les revenus intègrent les salaires mensuels nets, les aides, les pensions, les revenus fonciers ou les revenus professionnels non salariés, les commissions, les allocations logements. Les indemnités professionnelles et les primes exceptionnelles ne sont pas incluses dans les charges.
Mais le moyen le plus simple et le plus rapide serait de faire le calcul sur les sites de rachat en ligne. Il suffit de saisir « outil de simulation de taux d’endettement » et on peut accéder à diverses calculettes.
Exemple d’un taux d’endettement d’un couple qui souhaite demander un prêt immobilier. Les revenus mensuels nets de ce foyer environnent 4200 euros. Il dispose aussi d’autres revenus fonciers de 600 euros. Le montant de leur loyer hors charges est de 1100 euros. Le couple rembourse 300 euros chaque mois pour un prêt immobilier. Leur taux d’endettement est de 29 %. Ils sont ainsi éligibles à une nouvelle demande de crédit immobilier ou à un rachat de crédit immobilier s’ils le souhaitent.
Un autre exemple fait avec le simulateur d’endettement. Il s’agit également d’un ménage qui affiche 3600 euros de revenus professionnels nets chaque mois. Le ménage perçoit d’autres revenus mensuels de 700 euros. Leur loyer hors charges est de 1300 euros et ils devront honorer des échéances de remboursement de prêt immobilier de 400 euros chaque mois. Dans ce cas, leur ratio d’endettement est de 40 %. Ce taux ne signifie pas forcément que le couple soit dans une difficulté financière. Mais ils peuvent se faire racheter ou renégocier leur crédit immobilier s’ils dénichent un taux d’intérêt plus avantageux. Cela afin de bénéficier d’une marge intéressante d’économie.

Lors de ce calcul, un emprunteur pourrait découvrir que son endettement dépasse largement le ratio communément admis ou se trouve bien au-dessous de cette limite de 33 %. Si son taux d’endettement est de loin supérieur à 40 %, il lui serait judicieux de chercher une autre solution que le rachat de crédit pour sortir de son surendettement.
Pour rappel, l’opération de regroupement de crédit ou de restructuration de dettes permet de réunir en un seul et unique crédit ses divers crédits encours. Cette solution financière a pour effet de réduire le taux d’endettement de l’emprunteur car les mensualités seront alors adaptées à sa capacité de remboursement. Pour un prêt à la consommation par exemple, le candidat à la consolidation de dettes peut obtenir une durée de remboursement allant jusqu’à 12 ans. Et pour un débiteur qui a fait un crédit immobilier, il a droit à un remboursement qui s’étale dans une durée de 35 ans si le rachat est accompagné d’une hypothèque. En revanche, puisque les mensualités seront allégées en fonction de la possibilité de remboursement de l’emprunteur, l’étalement du remboursement implique la hausse des intérêts et l’augmentation du montant total des crédits à regrouper. Cependant, cette solution permet d’assainir le budget du débiteur et lui permet à la fois de bénéficier d’une trésorerie supplémentaire. En effet, sous condition d’éligibilité, le candidat au rachat pourrait aussi prétendre à un nouveau financement pour mettre sur pied son nouveau projet.
Avant de se souscrire à une demande de rachat, le calcul de son ratio d’endettement est ainsi une démarche à préconiser. A part cela, le candidat au rachat devrait également faire la mise en concurrence de diverses offres des établissements financiers afin de trouver le taux le plus compétitif. Pour l’emprunteur, le taux d’intérêt et les conditions de l’offre (frais de dossier, condition de remboursement anticipé, frais d’assurance etc). sont les éléments pivots permettant d’évaluer une proposition de rachat de crédit.

Retour