Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Rachat de crédit pour artisan ou commerçant

L’obtention d’un crédit ou d’un regroupement de crédit pour un artisan ou un commerçant n’est pas toujours aisée. Les rapports avec les établissements bancaires et les organismes financeurs peuvent être décevants car ces derniers imposent en règle générale une stabilité financière sur du long terme. Or, cela est incompatible avec les rentrées d’argent instables de ces deux catégories socioprofessionnelles. L’assainissement d’une situation budgétaire précaire est ainsi un véritable défi pour ces professions libérales. Heureusement que certains organismes financiers apportent une solution adaptée sur mesure à leur endettement s’ils peuvent justifier d’une gestion irréprochable. Décryptage.

Il s’agit d’une opération de restructuration de dettes qui permet de regrouper et de racheter une partie des crédits ou toutes les dettes en cours. Cela a pour effet d’alléger son surendettement en diminuant les mensualités contre un allongement du remboursement du prêt unique. Théoriquement, la restructuration de dettes permet à un endetté de baisser le montant de remboursement allant jusqu’à 50% avec l’étalement de la durée d’amortissement. L’organisme financeur peut également octroyer une avance de trésorerie, une sorte de tremplin financier pour réaliser son projet personnel.

Ces deux catégories de professions doivent quelquefois faire appel à des associations des prêts professionnels pour se remettre à flot car les banques sont quelquefois réticentes à leur accorder du crédit ou à racheter leurs dettes. En effet, elles imposent quelques conditions de plus pour ces professions que pour les demandeurs de crédits classiques. Pour eux, la restructuration de dettes ne touche que les prêts à usage personnel. A noter qu’il y a deux types de rachat : le rachat de prêts à la consommation et le rachat du crédit immobilier. Le rachat du crédit immobilier, le regroupement de prêt à la consommation, le regroupement de crédit cautionné, le regroupement de crédit propriétaires ou locataires sont donc à la portée de l’artisan ou du commerçant. Les retards de cotisation personnels, ou les impôts sur les revenus peuvent également être inclus dans le rachat. En outre, l’artisan ou le commerçant peut bénéficier d’un apport en trésorerie d’un montant limité. L’octroi de ce financement supplémentaire dépend de la situation du libéral qui travaille à son compte.
Les causes du surendettement et des problèmes financiers d’un artisan ou d’un commerçant sont variées : en passant par le manque de fonds propre, l’accumulation des dettes due à l’achat d’un outil plus performant, jusqu’à l’activité en mauvaise passe ou les fiscalités lourdes etc. Parmi ces causes, le problème de liquidité est le plus courant. Il peut arriver que lors du démarrage de l’activité, l’artisan a mal estimé le coût, ou que son activité n’a pas porté de fruit comme il le souhaite. Ces catégories professionnelles ont ainsi besoin de coup de pouce financier pour redresser leur situation, d’autant plus qu’ils ne sont pas susceptibles de profiter de procédure de surendettement. Pour résoudre ces problèmes financiers, il faut prendre des mesures lorsque ses dettes ne frôlent pas encore un état irrémédiable. Le regroupement de dettes constitue une alternative pour aider l’artisan ou le commerçant à s’en sortir. L’allongement de durée du remboursement permet de réorganiser sa gestion et de prévenir l’endettement excessif. Mais cela pourrait causer aussi une majoration du coût total de l’emprunt surtout si on y ajoute une trésorerie. Dans ce cas, l’organisme de rachat pourrait alors demander une garantie d’hypothèques.

Plusieurs solutions peuvent résoudre ou alléger le surendettement du libéral : recours à l’association Crésus, la mise en gage des objets de valeurs, la restructuration de dettes etc. Concernant cette dernière solution, il n’y a aucune pratique discriminatoire pour le travailleur libéral qui cherche à bénéficier cette formule. Mais comme on l’a dit précédemment, les organismes financeurs n’appliquent cette alternative qu’aux crédits personnels.
Pour prétendre au rachat de crédit, le candidat au rachat doit justifier notamment :

  • d’une ancienneté d’au moins trois ans complètes dans l’accomplissement de son activité. Cela fiat l’objet d’imposition.
  • de stabilité ou de hausse de chiffres d’affaires ou de bénéfices au cours de ces années.
  • d’un compte positif et de fonds propres.
  • d’un livre de comptabilité mis à jour régulièrement.

La société de financement fait une analyse d’expertise spécifique de sa capacité d’endettement ainsi que ses résultats financiers avant d’octroyer le rachat.
Le rachat de crédit peut aussi intéresser les cadres qui veulent travailler à leur compte ou les jeunes retraités qui souhaitent devenir leur propre patron. Parce que cette solution propose de fonds de trésorerie pour démarrer une activité. Le rachat de crédit hypothécaire permet aussi de bénéficier de taux d’intérêt compétitif si on a fait une mise à la concurrence des offres sur le marché avant de choisir l’organisme financeur. Ainsi, tout en restructurant ses crédits personnels, on peut inclure dans la restructuration de dette la création de l’entreprise, ou le droit d’entrée à la création en franchise.

Que le libéral possède un bien immobilier ou non, il peut bénéficier d’un regroupement de crédits si la société de rachat le considère solvable, et donc éligible à la formule. Il aurait ensuite à préparer un dossier avec les originaux et les copies. Ces dossiers comprennent : le bilan de la société pour les trois dernières années, les relevés de la banque des trois derniers mois et le RIB, le tableau d’amortissement des crédits en cours à rembourser, la copie complète du livret de famille, la CIN du demandeur de rachat ou pour les deux personnes s’il s’agit d’un couple, de jugement et liquidation de communauté pour le couple, le bail de location pour les propriétaires ou le titre de propriété, l’attestation de l’assurance habitation, pour les locataires le quittance de loyer, le justificatif d’allocation familiale, la facture téléphone. Le demandeur du rachat doit aussi amener l’offre du crédit initial et les photos des biens.

Quelle que soit sa profession, il est possible de regrouper ses dettes au meilleur taux. La stratégie la plus efficace est le recours aux outils de simulation en ligne. Comme on l’a déjà dit, cela permet de dénicher rapidement l’organisme financier. Mais cela permet aussi d’évaluer la future mensualité qu’on aurait à payer une fois que le regroupement de dettes est accepté. Et le plus grand atout de ces simulateurs, c’est qu’ils permettent de connaître le taux d’intérêt pratiqué par chaque institution. Soulignons que ce taux d’intérêt diffère d’un organisme à l’autre. Et cette différence pourrait faire bénéficier d’une marge bénéficiaire importante si on a bien fait la mise en concurrence. Le candidat à l’emprunt ou au rachat peut également faire appel à un courtier ou à une société de courtage en crédit. Ces professionnels sont en contact avec plusieurs banques et établissements de crédits, et ils peuvent trouver la société qui propose le meilleur taux. A part ce taux, le candidat au rachat doit également tenir compte de la durée de l’amortissement car cela aura un impact sur le coût total du regroupement de dettes. Plus le remboursement du crédit unique s’étale sur une longue durée, plus le coût du crédit s’élève.

Retour