Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Rachat de crédit pour profession libérale

Le rachat de crédit peut se faire avec ou sans garantie. Il s’adresse à tous les débiteurs dans le surendettement ou non, qui ont besoin de réorganiser leurs dettes et leur situation budgétaire. Les personnes exerçant une profession libérale sont de plus en plus nombreuses à faire appel à cette solution. Cette catégorie de gens comprend les professionnels de droit, de santé, les techniciens, les formateurs etc. qui font leur activité à titre individuel. En général, ils exercent seuls mais ils peuvent également offrir leurs prestations au sein d’une entreprise. Ces derniers temps, les revenues de ces travailleurs ont tendance à baisser face à la crise et à la concurrence mais aussi l’exigence de leur profession. Devant les difficultés financières, ils peuvent recourir au regroupement de dettes s’ils ont contracté plusieurs crédits. Zoom sur le rachat de crédit pour les professionnels libéraux.

Le régime social des personnes exerçant cette fonction ne ressemble pas à celui des artisans et des commerçants. Ils sont soumis à un code juridique et un ordre qui régule l’accès au métier et établit ses déontologies. Ainsi, par exemple, après qu’il ait fait son immatriculation, le médecin qui travaille en libérale sera surveillé par un ordre de médecin. Il en est de même pour l’huissier qui ouvre son propre cabinet, il est contrôlé par la chambre des notaires. Ces ordres ou ces syndicats ont pour objectif de contrôler le respect des règles et de prendre des sanctions s‘il y de non-respect. Ce professionnel fait une prestation intellectuelle et reçoit en rémunération des honoraires. On recense plus de quart de la population française dans cette activité.
Cette catégorie de travailleurs inclue :

  • ceux qui font des activités réglementées ayant un rapport avec le domaine de santé comme l’audioprothésiste, le diététicien, l’infirmier, le kinésithérapeute, le médecin, l’orthophoniste, le pharmacien, la sage-femme, le vétérinaire etc.
  • ceux qui exercent le droit : avocat, avocat à la Cour au Conseil d’Etat, avoué, commissaire-priseur judiciaire, huissier de justice, notaire, greffier etc.
  • ceux qui exercent dans le domaine de technique : agent d’assurances, architecte, commissaire aux comptes, conseiller en investissement financier ou en propriété industrielle, expert-comptable, géomètre expert…

Les professions libérales comprennent également ceux qui font des activités secondaires pour compléter les revenus d’une autre profession : les architectes d’intérieur, le restaurateur, le formateur, l’expert judiciaire, le consultant, le conseiller pour les affaires et la gestion, le conseiller en système informatique, le créateur de logiciels etc.
Lors de la mise en place de l’installation, ces professionnels sont amenés à souscrire des crédits. Or il se peut que durant la phase de remboursement, ils rencontrent des problèmes car l’équilibre de recette et de dépense est très mal en point. Les aléas de la vie tels que le départ de l’associé, le divorce, les changements juridiques, l’abus de confiance (gaspillage du capital), la maladie, le manque de clientèle… tous ces motifs peuvent également mener à l’engrenage infernal de l’endettement. Quand ses prélèvements de crédits sont rejetés, le professionnel libéral peut encourir le fichage bancaire. Si l’affaire ne se résout pas, il peut s’exposer jusqu’aux procédures judiciaires jusqu’à la liquidation immobilière. C’est pourquoi, il importe de faire appel à une solution de rachat pour assainir son budget dès que la situation financière commence à se compliquer.

Les chiffres d’affaires des professionnels libéraux sont variables. Ils peuvent baisser en période de crise ou à la suite d’une gestion défaillante ou une mauvaise gestion budgétaire. Les arriérés d’impôts, les dettes et charges sociales, le retard de paiement de crédits peuvent alors s’accumuler. Il y a aussi des cas où le professionnel libéral a investi dans un équipement lourd, mais les revenus stagnent. Si en plus, il a contracté un crédit immobilier, cela pourrait engendrer des problèmes financiers importants. En souhaitant devenir propriétaire de ses murs, alors qu’il aurait en même temps à rembourser ses dépenses d’installation et d’équipement, il devient surendetté si son cabinet n’a pas une clientèle régulière. Pour baisser ses charges par mois et pour éviter le surendettement, il existe une solution de secours : le regroupement de crédit. Cette formule s’adapte au statut de profession libérale. Elle consiste à regrouper en un seul crédit ses prêts à la consommation, ses crédits immobiliers, son prêt auto, ses dettes d’impôts, ses retards de cotisation de caisse d’URSAFF, ses découverts bancaires etc. Le montant du seul prêt amortissable dépend du revenu du professionnel libéral.
Par ailleurs, il lui est possible de regrouper ses prêts à la consommation ou ses prêts immobiliers ou les deux selon la société de rachat. Pour ce faire, il aurait à faire d’abord une mise en concurrence des diverses offres des établissements en rachat en ligne. Le devis et la simulation chiffrée du rachat de crédit sont gratuits et n’engagent pas le professionnel libéral auprès de l’organisme de rachat. Après avoir trouvé l’offre qui propose le meilleur taux d’intérêt et la plus courte durée d’amortissement, il peut effectuer une demande de rachat de crédit dans le cadre de ses crédits privés ou professionnels. L’acceptation du financement et le montant du rachat dépendent de l’appréciation et des conditions de chaque organisme prêteur. En général, un expert analyste étudie le profil de l’emprunteur pour voir si le projet est faisable ou non. Il proposera ensuite le plan de remboursement le plus adapté aux besoins du professionnel.
Remarque : les professionnels libéraux qui demandent un rachat de crédit auprès des établissements bancaires et des organismes de crédit auront à fournir les 3 derniers avis d’imposition ou les 3 derniers bilans de leurs activités, ou les 3 dernières déclarations 2035 ainsi qu’une liste de pièces à fournir.

Le rachat de crédit permet de ne rembourser qu’un seul crédit au lieu de plusieurs. Ce seul crédit est amortissable sur mesure. Selon les ressources d’argent ou les revenus du professionnel libéral, il peut inclure à la fois dans le rachat les retards de charges sociales et fiscales, les dettes professionnelles et privées, les crédits immobiliers, les prêts à la consommation et les prêts professionnels (y compris les prêts revolving…). En outre, le plus souvent, il n’est pas besoin de changer de banque ou d’ouvrir un compte. Par ailleurs, si le rachat de crédit est accompagné d’une hypothèque, l’acceptation de la demande se fait dans les plus brefs délais.
Bon à savoir : En remplissant le formulaire sur les informations concernant la situation de dettes et ses emprunts en cours, le simulateur de rachat de prêts permet d’obtenir en quelques minutes une première estimation de la mensualité à payer. Cela permet de voir si l’offre de rachat est en adéquation avec ses possibilités de remboursement ou non.

La restructuration de dettes permet le rééchelonnement de dettes et du remboursement de crédits ainsi que la substitution des mensualités en une seule. Pour souscrire un regroupement de dettes profession libérale, la première étape consiste à faire la mise en concurrence de différentes offres de rachat sur internet. Ensuite, il faut se rendre sur le site internet de l’établissement de rachat et remplir le formulaire de devis gratuit et sans engagement.

Retour