Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Rachat de crédit pour senior et retraités : quelles modalités ?

La retraite est souvent synonyme de réduction voire de perte de revenus. Avec le passage à cette étape de la vie, les personnes âgées et les retraités peuvent éprouver des soucis au niveau de leurs ressources financières. Surtout si quelque temps auparavant, ils ont contracté des crédits (immobilier, voiture etc) mais les aléas de la vie les ont surpris (accident, mort du conjoint ec). Pour redonner du souffle à leurs budgets, ils leur reste la solution de rachat de crédit dédié uniquement pour senior. Quand les dettes s’amassent alors ses rentrées d’argent ne sont pas prometteuses, cette solution pourrait rééquilibrer à la limite leurs finances. Zoom sur les modalités de regroupement de crédits seniors.

D’abord, il convient de définir le mot « senior » car cela n’a pas tout à fait le même sens que retraité. En effet, dans la vie professionnelle, on peut être classé senior à l’âge de 50 ans par exemple, (mais pas dans le milieu sportif), pourtant on reste encore dans la vie active pendant une dizaine d’années voire plus, et si on regarde certains contrats dédiés aux seniors, ces seniors peuvent encore contracter un crédit avant 69 ans avec un remboursement qui s’étend jusqu’à 85 ou 90 ans. Ainsi, malgré la situation financière un peu difficile pour certains préretraités, certains organismes de crédit acceptent toujours de financer et même de racheter leurs crédits le cas échéant. Prenons un exemple, un couple de quinquagénaires a fait un prêt immobilier d’une durée de 20 ans, un prêt travaux pour le réaménagement de la maison et un prêt à la consommation pour le stage de leurs 2 enfants à l’étranger. Il leur reste encore 5 ans à rembourser les échéances alors qu’ils ont déjà pris leurs retraites avec quelques soucis de santé. Le conjoint doit être hospitalisé et subir une opération chirurgicale. Or, même s’ils ont souscrit une mutuelle santé, il se trouve que les dépenses imprévues ont alourdi leur budget. Dans ce cas, ils peuvent regrouper leurs crédits en un seul. Cette opération consiste à allonger la durée des échéances tout en majorant le coût total des dettes. Le rachat de crédit propose aussi souvent un taux plus avantageux comparés aux taux de ses anciens prêts. Quelquefois, la banque ou la société qui rachète le crédit peut demander l’inscription des garanties hypothécaires.

Pour les ménages des retraités surendettés, l’opportunité de cette opération réside dans le fait qu’elle permet de sauver le débiteur. Cela se fait en diminuant ou en augmentant les mensualités tout en ayant un seul crédit à un taux plus avantageux. Cette solution de dégressivité de mensualités baisse ainsi les dépenses et réduit en même temps les charges mensuelles. Cela pallie les pensions de retraite qui s’amenuisent de plus en plus (le taux de remplacement moyen est environ 75% du dernier salaire). En réorganisant leur finance vacillante, les seniors peuvent alors aider leurs enfants ou financer un autre projet tout en disposant toujours du patrimoine immobilier (s’ils ont contracté un crédit maison). Leur pouvoir d’achat est amélioré. Ils peuvent conserver leur niveau de vie et peuvent même, si besoin est, demander une trésorerie supplémentaire. Par ailleurs, pour les banques les incidents au cours du remboursement du prêt sont dorénavant moins à craindre. Les seniors sont libérés de leurs enfants et grâce aux progrès de la médecine, leur espérance de vie est nettement améliorée. C’est pourquoi, bon nombre d’établissements bancaires et de sociétés de crédit acceptent de racheter les crédits des seniors et retraités.
Mais il est à noter que les critères d’obtention d’un regroupement de dettes seniors ne sont pas moins draconiens que les autres tranches d’âge. Les sociétés de crédit examinent à la loupe les informations personnelles (les salaires de la personne lorsqu’il est encore en activité, ses antécédents médicaux etc ) jusqu’à l’âge du demandeur. Le remboursement du nouveau prêt doit être effectué avant la 90 e année de l’emprunteur.
On rappelle également que l’allongement du remboursement a pour effet d’augmenter le coût global du prêt. En outre, le coût de l’assurance –décès invalidité est souvent onéreux pour les seniors. Évidemment, l’assurance adossée au crédit d’un jeune âgé de 30 ans n’a pas le même montant que l’assurance d’un retraité. Par ailleurs, si la banque qui rachète le crédit est différente des banques auprès desquelles le débiteur a contracté ses autres dettes, la nouvelle banque ferait alors le rachat accompagné du notaire du débiteur. La procédure est un peu complexe et plus coûteuse et l’appel à un courtier pourrait être utile. Ce dernier est souvent en mesure de dénicher un rapport qualité-prix abordable d’assurance. Il collabore aussi avec plusieurs organismes bancaires et peut également monter le dossier de rachat tout en cherchant un taux de crédit attractif. Enfin, le recours à un courtier permet aussi de bénéficier des critères d’approbation du crédit plus étendu.

Différentes solutions sont proposées par les sociétés de crédit selon le besoin de l’intéressé. Citons entre autres : le regroupement crédit propriétaire, la restructuration de crédits à la consommation (voiture, mariage des enfants, travaux d’aménagement etc), et le rachat de crédit hypothécaire (jusqu’à 99 ans) ou sans garantie hypothécaire (jusqu’à 78 ans). Pour info, l’approbation d’un crédit conso est facile à cet âge comparé à l’obtention d’un prêt immobilier.
Soulignons que pour un crédit immobilier, les établissements bancaires tiennent compte de l’âge du souscripteur à la fin du prêt, son état de santé et ses revenus stables (pensions de retraite etc). Quant au souscripteur, il devrait accorder une attention particulière sur le choix de l’organisme qui rachètera ses créances avant l’interdiction bancaire. Pour dénicher le meilleur taux et les conditions les plus adaptés à sa situation, il peut également se rendre auprès des sociétés de crédit concurrentes, si le recours à un courtier ne le séduit pas. Le taux et les frais annexes du dossier doivent être tenables, voire avantageux pour qu’il n’y aurait pas de rechute de cette période difficile.

Dans le cadre de restructuration de dettes immobilier pour les préretraites et les retraités, le souscripteur doit payer les indemnités de remboursement anticipé. L’organisme qui rachète le crédit est dans le droit de réclamer ces frais. Les frais de dossiers doivent être aussi intégrés dans le calcul du montant total du crédit ainsi que le coût d’assurance. Ce dernier peut flamber si le débiteur a un passé médical bien rempli. Les assureurs peuvent ajouter aussi la surprime (argent à payer en supplément pour que les assurances prennent en main le dossier). A noter que ces frais complémentaires ainsi que les honoraires facturés peuvent gonfler le coût global du prêt. Et même si l’emprunteur a déjà payé des frais de dossier quand il a fait son prêt immobilier, il ne peut pas s’y soustraire. Étant donné que le rachat de crédit est une nouvelle opération.
En outre, dans le cas de la mort du souscripteur, son conjoint ou ses héritiers seront obligés de faire le remboursement du crédit (si lors de son vivant, le débiteur n’a pas jugé utile de faire une assurance décès). Notons enfin que certains organismes de rachat n’acceptent pas de regrouper les prêts immobiliers des seniors.

Retour