Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Comment faire un rachat de crédit pour les professions libérales ?

Le rachat de crédits pour un professionnel libéral consiste à faire racheter à la fois des crédits personnels et des prêts personnels. Des fois, il faut encore ajouter des dettes fournisseurs, des retards de paiement ou d’autres découverts. Les professionnels en libéral ont pour particularité d’exercer leur métier de manière indépendante et sous leur responsabilité individuelle. La profession englobe divers domaines : juridique, médical, économique, technique et autres. Le métier peut être pratiqué en tant qu’individu comme une entreprise individuelle ou en société. Ainsi, il inclut ceux qui font des activités réglementées ayant un rapport avec le domaine de la santé, ceux qui exercent le droit, et ceux qui exercent dans le domaine de la technique, comme les agents d’assurance, expert-comptable, conseiller en investissement financier, etc. La profession comprend également ceux qui font des activités secondaires comme complément des revenus d’une autre profession.

Les membres de la profession libérale, en tant que travailleur pour leur propre compte, peuvent être amenés vers des situations financières parfois difficiles. La situation risque de s’empirer, car ils ne bénéficient pas de la sécurité d’emploi. Le cas peut se produire même si les revenus des professionnels libéraux sont nettement plus importants par rapport à la moyenne nationale. Seulement, une bonne majorité de ces professionnels observe une baisse générale de leurs revenus ces dernières années. Beaucoup de raisons sont avancées par les intéressés comme étant les causes de cette baisse. Il y a la crise, une gestion défaillante et une prévision budgétaire erronée. Face à de telle situation, il ne reste plus que le regroupement des dettes afin de réduire les charges mensuelles.

La première étape à faire est de déposer une demande auprès d’un établissement acceptant le rachat. Le mieux est d’avoir recours à un courtier ou à un simulateur de rachats de crédits. Dans le cadre d’un dossier de ce type, il sera demandé au minimum les deux derniers bilans et un extrait Kbis. Ces documents permettent de valider les revenus et la situation professionnelle du demandeur. En outre, les relevés de comptes et les documents justificatifs de crédits vont permettre de compléter les informations financières du dossier.
Toutefois, pour l’emprunteur professionnel libéral, les banques et les organismes de crédit réclament des garanties supplémentaires. Il s’agit des 3 dernières déclarations 2035 ou des 4 derniers bilans et les 3 derniers avis d’imposition. Cela étant, la demande de financement d’un projet de rachat de crédits dépend de l’appréciation de l’organisme prêteur. À ce sujet, il est indiqué de s’adresser à des professionnels spécialisés en tant qu’intermédiaires bancaires. Il s’agit pour eux d’agir au nom de l’emprunteur pour que celui-ci tire un meilleur profit du rachat. Ainsi, il va l’aider pour constituer de manière irréprochable son projet de rachat de crédits.

En effet, il lui sera plus facile de trouver un rachat  de crédit avec trésorerie adapté aux professions libérales. Il peut s’agir, entre autres, d’un remboursement du prêt jusqu’à 95 ans au lieu de 85 ans habituellement, d’un délai de remboursement pouvant aller jusqu’à 25 ans. En outre, un taux d’endettement de 40 à 50% peut être accepté. Enfin, un ratio hypothécaire jusqu’à 70% peut être obtenu, à la place des habituels 50-60%.

Pour l’ensemble de la profession libérale, il est possible de reprendre les prêts personnels et les dettes professionnelles. Pour ces dernières, il peut s’agir de dettes type URSSAF, dettes envers un fournisseur, retard d’impôts, etc. À une seule condition, il faut que la part immobilière soit inférieure à 60% de la totalité du montant des emprunts. Enfin, les professions libérales exerçant dans le domaine de la santé bénéficient de conditions spéciales. Ainsi, en plus des dettes déjà mentionnées ci-dessus, les suivantes peuvent être reprises en plus des dettes personnelles. Il y a le retard de la cotisation des caisses de retraite (CNAVPL), le réserves d’argent du type CMV Médiforce, et la cotisation foncière des entreprises (CFE). La somme des dettes professionnelles ne devra pas excéder 50% du montant total du prêt de restructuration.

La simulation d’un rachat de crédits pour la profession libérale peut être faite avant le dépôt d’une demande. C’est mieux, car elle permet d’avoir une idée assez précise sur l’éventualité d’un rachat et des avantages pouvant être obtenus, notamment des conditions de remboursement. L’intérêt de la simulation est de pouvoir solliciter en une seule demande pour plusieurs établissements de crédit proposant des offres de rachat de crédits pour des emprunteurs de la profession libérale. La simulation est entièrement gratuite et sans engagement. Elle est facile et ne demande que quelques minutes pour obtenir une première estimation du montant de la mensualité obtenue.

En un mot, les avantages du rachat de crédits se résument en un seul prêt, une seule mensualité et un seul interlocuteur. Ainsi, il est inutile d’ouvrir un compte dédié ni de changer de banque. De plus, l’emprunteur bénéficie d’un résultat immédiat. Avec le rachat, la situation de l’emprunteur se trouve immédiatement assainie et d’une façon durable. Il est maintenant envisageable d’optimiser la situation de l’activité et de réduire les charges des crédits. Pour une activité sujette à des saisonnalités ou des événements ponctuels, la possibilité d’obtention d’un financement rétablira la situation pour déséquilibrer la balance entre les charges et revenus.

Le rachat de crédits est donc la solution aux difficultés d’endettement de professionnels libéraux. D’abord, il est possible d’adapter les mensualités à payer en fonction des étapes de la vie de l’emprunteur. Ensuite, le taux obtenu est généralement bien inférieur aux taux auxquels les crédits à consolider ont été obtenus. Il s’agit surtout des prêts immobiliers contractés il y a plusieurs années. Il peut également s’agir des crédits revolving. Enfin, le montant de la nouvelle mensualité unique à rembourser est de 30 à 60% inférieur à la somme de toutes les mensualités à rembourser aujourd’hui sans le rachat. C’est donc un gain de trésorerie appréciable et indispensable.

Si l’emprunteur a bénéficié du recours d’un courtier ou d’un établissement spécialisé de rachat de crédits, il a donc eu un accompagnement personnalisé. Il se peut pour certains établissements qu’ils fournissent à tout emprunteur un conseiller clientèle unique. Au vu de tous ces divers avantages pour l’emprunteur de la profession libérale, les frais de la commission d’intermédiation sont le plus souvent absorbés par les avantages. En d’autres termes, le rachat de crédits a permis au professionnel libéral de résorber définitivement ses retards et de gérer à nouveau ses comptes dans la sérénité. Il va également lui offrir un nouveau départ pour retrouver une nouvelle capacité d’épargne. Enfin, il peut dynamiser son activité professionnelle.

Un travailleur qui évolue dans une profession libérale est autorisé à réaliser une demande de rachat de crédit, que ce soit pour ses prêts privés que pour ses crédits professionnels. La faisabilité dudit rachat de crédit requiert pourtant une étude approfondie. En outre, l’étude du rachat de crédit nécessite une liste importante de justificatifs. Citons entre autres les trois dernières déclarations 2035, les trois derniers avis d’imposition, les documents relatifs aux prêts professionnels.

A noter que, spécifiquement pour un professionnel libéral classé parmi les travailleurs non-salariés, le rachat de crédit professionnel autorisé concerne les dettes telles que : les caisses de retraite, le trésor public, les crédits professionnels comme le matériel de kiné, le fauteuil de dentiste, etc. et le rachat de crédit personnel concerne les dettes comme les comptes courants débiteurs, des droits de successions à régler, les frais de divorce, etc.

Certainement, il est possible de faire une demande de trésorerie dans le cadre du rachat de crédit, sous réserve que le profil inspire confiance aux établissements bancaires et que le reste à vivre est convenable à la situation familiale du professionnel libéral. La trésorerie supplémentaire, limitée dans la plupart des cas à 15% du montant du rachat de crédit, peut permettre au professionnel libéral :

  • d’acheter un nouveau véhicule professionnel ou personnel,
  • de réaliser un apport en compte courant pour améliorer sa société, entre autres conquérir un nouveau marché, de restructurer le capital de son entreprise,
  • d’affronter les imprévus,
  • de réaliser des travaux d’un immobilier à usage mixte, etc.

 

Ce serait une trésorerie supplémentaire avec justificatif, qui sera plus facile à décrocher.

En effet, la trésorerie supplémentaire est plus facile à obtenir avec le rachat de crédit professionnel, si la destination du fonds demandé est relative aux activités professionnelles, par exemple, pour le financement d’une formation pour une réorientation professionnelle, pour le financement d’une création d’entreprise ou la reprise d’une entreprise, pour acheter des équipements bureautiques, etc.

Retour