Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

C’est quoi une banque en ligne ?

Une banque en ligne est comme son nom l’indique, une banque sur internet. En d’autres mots, elle ne dispose pas d’agence bancaire physique. Elle fonctionne exactement comme un établissement bancaire traditionnel. Le titulaire du compte peut effectuer des virements, régler des factures, demander un chéquier, ou une carte bancaire, vérifier son solde etc. via le site web de la banque. Bien que cette nouvelle façon d’administrer ses finances n’ait pas encore suscité l’engouement de la plupart des Français ( seuls 5% des consommateurs en ont recours ), elle a des avantages indéniables. Outre la question tarifaire, et les comptes d’épargne, elle permet aussi une plus grande disponibilité d’accès à son compte à une heure plus étendue. Sans oublier le gain de temps si on la compare à une banque traditionnelle où les clients doivent attendre leurs tour au guichet. Quels sont les intérêts à recourir à une banque virtuelle, qu’est-ce qu’elle propose et à qui s’adresse-t-elle ? Le point sur ces questions pertinentes.

Une banque virtuelle permet de sortir des sentiers battus tout en profitant de certains avantages. À noter que la plupart de ces banques sur internet sont des filiales des importants groupes de banques internationaux ou nationaux à l’exemple de Boursorama, Hello Bank pour ne citer qu’eux. Elles sont actuellement au nombre de six. Certaines filiales des assureurs proposent également des services de banques virtuelles comme Allianz Banque. Ces cyberbanques ont vu le jour pour satisfaire aux attentes de la jeune clientèle qui est souvent connectée sur internet. Ces e-banques se démarquent notamment par leurs tarifs beaucoup plus compétitifs que les établissements standard. Cela est dû au fait qu’elles n’ont pas de réseaux d’agences et de personnels à gérer. Leurs frais bancaires varient entre 8 à 47 euros tandis que ces frais peuvent atteindre 60 à 210 euros dans un établissement bancaire physique. Ainsi, on en trouve même certaines qui proposent une carte gratuite lors de l’ouverture de compte la première année ainsi que d’un bonus. Pour d’autres, la carte bancaire est payante mais la cotisation est encore à moitié moins chère que celle pratiquée par l’établissement bancaire traditionnel. En effet, chez une agence bancaire classique, le coût de la carte classique environne 40 euros tandis que la carte haut de gamme s’élève à plus de 135 euros. En outre, le client peut effectuer toutes les opérations de base de banque rapidement grâce à quelques clics et tout cela gratuitement. Les opérations telles que le prélèvement, le virement, placement de sa trésorerie etc sont effectuées le jour même. À part cela, si le compte du consommateur est à découvert, il aurait à payer des frais les moins chers que tous les autres opérateurs bancaires. Et dans le cas où le titulaire de compte a des problèmes et qu’il souhaite une intervention immédiate ou un appel d’un téléconseiller, il n’a qu’à se connecter sur le site. Ces banques virtuelles proposent également des placements séduisants pour leurs clients. Le rôle des e-banques s’étend aussi sur l’épargne en ligne tel que le livret d’épargne et l’assurance-vie. Dans la même liste des avantages, le consommateur peut aussi accéder et à la bourse pour acheter et vendre jusqu’à 8 fois moins chers qu’une banque classique. Et enfin, chez certaines banques virtuelles, le client peut faire une simulation de crédit et faire la demande de financement sur internet par la suite. Ainsi, au-delà de l’offre la moins chère, la souplesse et la rapidité de l’utilisation, elles présentent aussi des offres et des produits innovants tels que la commande de devise, des épargnes à taux optimisés etc. En bref, pour une personne qui veut se passer de déplacements en agence et qui est à l’aise avec la navigation sur internet, sur son ordinateur portable ou sur une tablette, celle-ci s’avère une solution intéressante.

Malgré tout, les motifs suivants peuvent empêcher les consommateurs à se souscrire à une e-banque. En premier lieu, si une personne a toujours l’habitude d’aller à un guichet physique ou de se déplacer pour voir son gestionnaire de compte ou son banquier, ce mode de relation n’est tout simplement pas fait pour lui. Par ailleurs, il faut préciser que les critères d’admission dans une banque sur internet sont plutôt serrés. En guise d’exemple, chez Fortuneo Banq, le propriétaire du compte devrait avoir un revenu mensuel de 1500 euros tandis que Monabanq réclame la moitié de cette somme. Si on ne peut pas justifier ses revenus, la souscription peut se faire via un versement d’une somme minimum de 5000 euros minimum sur un produit de la Banque comme l’épargne par exemple. Ces critères sélectifs peuvent constituer un obstacle à leur expansion. Les clients peuvent rechigner aussi au changement de banque. Mais les points faibles de cette solution sont sûrement le dépôt des espèces, la durée de l’encaissement de chèque ainsi que les offres de crédit encore peu performants. Pour déposer des liquidités, on doit le faire via mandat compte dans une poste. La solution à recommander serait d’avoir un compte courant dans une agence classique si on doit souvent faire des dépôts en argent liquide. D’autre part, pour encaisser un chèque, le propriétaire du compte devrait attendre 2 jours voire plus, ce qui pourrait ennuyer des clients qui perçoivent des rémunérations sous cette forme. Enfin, il faut aussi préciser que les offres des banques sur internet ne sont pas toujours plus intéressantes. Citons en guise d’exemple le crédit immobilier ou le prêt à la consommation. Dans un établissement bancaire classique, le demandeur a l’occasion de contacter son banquier pour négocier les frais de dossier etc alors que dans une banque sur internet, cette possibilité est limitée. Au final, la prudence est de mise lors de la souscription ou de l’utilisation de son compte. L’usager doit se déconnecter de son compte à chaque utilisation, le changement régulier de mot de passe est aussi de rigueur pour sécuriser son compte.

À l’heure de la numérique, le dépôt de ses finances dans une banque virtuelle a l’avantage d’avoir un service plus réactif, une approche simplifiée mais tout aussi sécurisée qu’un établissement bancaire physique. Certaines personnes préfèrent également la discussion via webcam avec son téléconseiller qu’avec le conseiller en agence classique. C’est pourquoi, les jeunes adeptes de la technologie constituent plus de la moitié de leurs clients. Cette solution les séduit car grâce à des applications sur téléphone, ils peuvent facilement gérer leurs avoirs. Ils peuvent même se connecter sur twitter ou facebook via le site. Actuellement on assiste à une avancée lente de cette nouvelle technologie. Mais d’ici quelques années et avec l’accès à la mobilité, une nouvelle tendance de mettre ses fonds en ligne est à prévoir. De plus, ces e-banques n’arrêtent pas de multiplier des offres plus performantes comme les placements divers, les cartes bleues gratuites, les frais de compte à petit prix accompagnés d’un don d’une cinquantaine d’euros lors de l’ouverture du compte .En bref, les banques en ligne sont idéales pour une personne qui n’a pas besoin de déposer des chèques ou des espèces à la banque. Le seul revers de la médaille, c’est que ces banques ciblent surtout les clients plutôt aisés dans leurs critères.

Retour