Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Comment bien utiliser les crédits à la consommation ?

Le crédit conso est une solution de secours quand on n’a pas d’épargne de précaution. Ils permettent de faire l’acquisition d’une nouvelle voiture, d’un équipement mobilier ou informatique par exemple même si on n’a pas d’argent pour payer au comptant. Mais ce type de financement nécessite quand même le recours à la prudence, car il peut appauvrir sur la durée avec le coût des intérêts. Voici quelques astuces pour bien utiliser les prêts à la consommation.

D’abord le principe de prêts à la consommation est simple. Une banque propose une certaine somme à des particuliers afin que ces derniers puissent acquérir des biens non immobiliers ou faire des services tels que la rénovation d’une maison etc. En contrepartie de cet emprunt, l’établissement bancaire impose des intérêts que les particuliers auront à rembourser avec le montant total du coût de crédit. Une personne majeure qui possède des rentrées d’argent fixe, et qui n’est pas inscrite au fichier FICP peut prétendre à ce prêt. On retrouve deux types de crédits à la consommation. Il y a le crédit affecté qu’on peut utiliser pour l’achat d’un bien destiné et pour rien d’autre en guise d’exemple un crédit voiture ou cuisine équipée. L’emprunteur ne rembourse le prêt qu’une fois le bien livré et si le bien a un problème de panne, il peut demander une suspension de paiement des créances. Le crédit proposé a un taux fixe. Il y a aussi le crédit non affecté que le débiteur peut utiliser à son gré. On retient parmi les crédits non affectés le prêt renouvelable. Il s’agit d’un type de financement qui permet au bénéficiaire de disposer d’une réserve d’argent qu’il aurait à rembourser au fur et à mesure qu’il s’en sert. Le prêt est assorti avec un taux d’intérêt variable assez élevé.

Pour bien savoir comment utiliser ce type de crédits, il faut connaître ses règles. Chaque établissement bancaire propose son propre taux d’intérêt, mais celui-ci ne doit pas dépasser le taux maximum légal du marché. Lors de la souscription du crédit, la banque fixe ce taux. Dans l’offre, il y aura une mention de ce taux ainsi que la durée de remboursement, et le coût total de l’emprunt. Mais bien avant la signature du contrat, l’établissement bancaire vérifie auparavant le taux d’endettement et la solvabilité du demandeur. Pour ce, il étudie ses capacités financières, sa situation professionnelle et son état de santé. Si la banque accepte le crédit, après avoir signé le contrat, le souscripteur dispose 14 jours pour annuler son engagement s’il a changé d’avis. Il lui est possible de faire un prêt s’échelonnant entre 200 euros et 75 000 euros. Le remboursement de ce type de crédit est souvent de courte durée mais dans tous les cas, il est supérieur à 3 mois. Pour le montant compris entre 200 et 3000 euros, le débiteur a 3 mois à 3 ans pour rembourser le crédit. Pour un montant supérieur à 3000 euros, il dispose 3 mois à 5 ans pour solder ses dettes.
Remarque : le souscripteur peut faire le remboursement partiel ou total par anticipation de son crédit même si cela n’est pas stipulé dans le contrat.

Quand on ne dispose pas d’assez de liquidités pour se payer une voiture, il n’y a que ce choix si ses proches ne peuvent pas emprunter de l’argent. Mais pour bien utiliser ce financement, il faut prendre en considération certains points :

  • le bon choix de crédit qui correspond à ses besoins : bien choisir le type de crédit est important. Car si on utilise un crédit renouvelable pour une longue durée, cela pourrait mener au surendettement car les taux proposés sont excessifs. Il est préférable de s’en servir uniquement pour des petites sommes et pendant un certain temps. En revanche, un crédit affecté a l’avantage de proposer un taux plus intéressant avec des conditions plus accommodantes. On connaît d’avance le montant total du crédit à payer ainsi que la durée de remboursement des mensualités. On peut ainsi maîtriser son taux d’endettement.
  • Faire la mise en concurrence des offres bancaires : ce n’est pas parce que sa banque habituelle propose ce type de crédit qu’on est obligé de demander un prêt auprès d’elle. Certes, elle pourrait offrir un taux plus avantageux si on est un bon client. Mais pour obtenir le meilleur contrat, il est conseillé de faire une mise en concurrence des diverses offres des banques et des organismes de crédit. Pour ce, il existe des outils de comparateurs ou de simulation de crédit en ligne. On peut aussi demander un devis gratuit et sans engagement auprès de ces institutions de financement. A noter que le taux d’intérêt élevé signifie intérêts plus importants. Cela a pour conséquence d’augmenter du temps de remboursement de la somme empruntée. Car plus on paie les intérêts, moins on rembourse le capital.
    Remarque : l’intérêt de consulter une banque, c’est qu’elle propose en général un taux plus compétitif à cause de leur base de financement plus pérenne et de nombre de leurs clients. Par contre, les sociétés de crédit sont plus flexibles dans la gestion du crédit et dans la relation avec l’emprunteur. Auprès de ces derniers, il est possible de bénéficier d’une durée de remboursement plus longue, d’un montant plus conséquent, ou des conditions de paiement plus souples.
  • Choisir des mensualités plus importantes : Si on se réfère à la loi Lagarde, les crédits de moins de 3000 euros seront à rembourser dans 3 ans maximum, et 5 ans pour ceux d’un montant supérieur. Or, certains établissements de crédits calculent le remboursement selon le délai maximum 5 ans dans le but d’accumuler le maximum d’intérêts. Pour contourner ce piège, on peut proposer au prêteur des mensualités supérieures à celles qu’il propose. On peut aussi lui demander s’il impose une pénalité de remboursement au cas où on peut reprendre en mains rapidement sa finance. Normalement, l’organisme prêteur peut prélever un montant de 1% de la somme empruntée si le total du crédit à la consommation amortissable est supérieur à 10 000 euros et s’il y a encore plus d’un an avant la date de fin de contrat et celle du remboursement anticipé. Si le délai est inférieur à un an, la pénalité de remboursement est de 0,5%.
    -
  • Bien déterminer ses entrées et sorties d’argent : il est utile de réduire ses dépenses superflues qui ne font qu’amplifier ses sorties d’argent alors qu’on est déjà exigible de dettes. Les souscripteurs de crédits à la consommation s’étouffent souvent à cause de leurs achats impulsifs et des dépenses imprévues. L’autre option c’est aussi d’alimenter son épargne même avec des petites sommes pour boucher le trou au cas où on n’arrive pas à rembourser ses dettes. Enfin, pour éviter le surendettement, il est préférable de ne pas accumuler plusieurs crédits si ses revenues ne sont pas conséquents ni stables.

Les crédits à la consommation permettent d’acquérir un bien de consommation qu’on a besoin dans l’immédiat alors que ses économies ne permettent pas de l’acheter. Cela peut aussi aider à sortir d’une mauvaise passe financière. Pour bien l’utiliser, il faut faire une mise en concurrence des offres des sociétés de crédit afin de dénicher le taux le plus bas et les conditions les plus avantageuses. Il faut également garder un œil sur ses entrées et dépenses car un abus de crédits à la consommation pourrait souvent mener à la restructuration de dettes ou à la saisie de commission de surendettement.

Retour