Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Financement rachat de crédit consommation sans hypothèque

Chaque emprunteur a ses raisons pour demander un rachat de crédit : alléger le montant des mensualités, simplifier la gestion du budget du foyer, économiser de l’argent par la baisse du taux d’intérêt, etc. Zoom sur tout ce qu’il faut savoir sur le rachat de crédit sans hypothèque.

En général, le rachat de crédit est une opération financière plus ou moins complexe. Pourtant, elle est nécessaire pour optimiser la situation financière, pour financier un nouveau projet, pour adapter le montant des mensualités à la situation financière de l’emprunteur. Pour trouver les meilleures conditions de rachat de crédit, il faut savoir sélectionner le meilleur organisme et éviter de choisir la première solution qui se présente. Parmi les outils les plus efficaces pour trouver l’offre de rachat de crédit la plus intéressante, il y a le simulateur en ligne. Devant son ordinateur ou sur son téléphone, l’emprunteur n’a qu’à renseigner des informations sur sa situation, les types et le nombre des crédits en cours à racheter et leurs montants. Une idée de rachat de crédit est proposée par le simulateur selon le profil et selon la situation de l’emprunteur, cependant celui-ci a intérêt à multiplier les interlocuteurs afin de comparer les offres. Il s’agit, pratiquement, d’étudier et de comparer les différents taux proposés, la durée de remboursement ainsi que le montant des mensualités. En comparant, l’emprunteur finit par trouver la solution la plus convenable, étant donné que tous les établissements bancaires ne proposent pas les mêmes conditions de refinancement. Il y a des courtiers spécialisés dans le rachat de crédit qui peuvent trier les offres de différents établissements bancaires afin de proposer celle au meilleur taux et la plus adaptée à la situation de l’emprunteur. Possiblement, les prestations du courtier sont gratuites, sinon un certain pourcentage par rapport au montant de l’opération va être pris en charge par l’emprunteur.

Par définition, l’hypothèque représente une garantie réelle sur un bien immobilier, c’est-à-dire une garantie exigée par l’établissement bancaire lors d’une souscription d’un crédit immobilier ou lors d’une demande de rachat de crédit. Elle sert aussi, pour un propriétaire, à garantir un nouvel emprunt. Cependant, le propriétaire peut, lui aussi, éviter une hypothèque car cela représente une source d’économie d’argent et un gain de temps. Le rachat de crédit sans hypothèque représente un crédit amortissable. C’est une opération financière qui ne repose sur aucune garantie hypothécaire. En effet, cette catégorie de rachat de crédit, sans garantie hypothécaire, est destinée essentiellement à regrouper des crédits conso. Cette opération sans hypothèque s’adresse pratiquement à des regroupements dont le montant maximum est limité à 100 000€ et la durée maximum à 12 ans.

En effet, le rachat de crédit à la consommation, sans hypothèque, s’adresse aux propriétaires qui veulent regrouper différents types de crédits et de dettes. Citons entre autres :  

  • crédits à la consommation,
  • prêts personnels,
  • crédits renouvelables,
  • dettes financières telles que les découverts bancaires, les dettes fiscales, les dettes familiales, le rachat de soulte, etc.
  • éventuellement le financement de nouveau projet.

  Outre les caractéristiques déjà mentionnées supra : destinée aux propriétaires, possibilité de regrouper différents types de crédits, le rachat de crédit conso sans hypothèque offre plusieurs avantages :  

  • une seule mensualité fixe par mois,
  • un meilleur taux si l’emprunteur arrive à négocier correctement le nouvel emprunt,
  • un interlocuteur unique, c’est-à-dire un seul établissement bancaire,
  • un taux d’endettement réduit nécessairement,
  • pas d’intervention d’un notaire qui risque parfois d’attribuer des frais exorbitants.

  Notez toutefois que la durée de remboursement s’allonge en rapport aux choix et à la possibilité financière de l’emprunteur.

Retour