Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédit et les différents seuils d’endettement

Le taux d’endettement est un élément important lors d’une demande de financement pour le regroupement de dettes ou pour une demande de prêt immobilier. Les particuliers et foyers souhaitant faire une demande de rachat de crédit doivent généralement présenter un taux d’endettement inférieur à 33%. Le candidat au rachat peut faire le calcul gratuit de ce ratio d’endettement sur les sites de simulation de rachat de crédit en ligne. Cependant, les établissements de crédit se servent souvent des documents fournis par l’emprunteur pour établir ce taux. Dans cet article, faisons le point sur les différents seuils d’endettement.

Les banques se fient à ce qu’on appelle le taux d’endettement pour décider de vous accorder ou non un emprunt. C’est en quelque sorte votre capacité à rembourser ou non votre emprunt, et ce, en se basant sur les charges que vous devez déjà supporter. Pour faire ce calcul, les banquiers doivent prendre en compte vos revenus mensuels dans leur ensemble et les factures habituelles que vous payez. Ils doivent aussi vous laisser de quoi vivre pendant le mois et éviter le surendettement. Traditionnellement, ce taux d’endettement est estimé à 33% pour un premier emprunt.

Le taux d’endettement pour déterminer la capacité d’endettement d’un emprunteur

Pour se prémunir du risque de non-remboursement, les banques calculent le taux d’endettement de l’emprunteur avant de lui octroyer le prêt ou le rachat du crédit. Cette évaluation de la capacité de remboursement de l’emprunteur est obligatoire lorsque les finances du candidat à l’emprunt seront engagées sur une longue période. Ce taux d’endettement n’est pas la seule donnée prise en compte par l’établissement financier puisqu’il étudie aussi le reste à vivre et le scoring bancaire.

La plupart des organismes financiers et des banques acceptent un taux d’endettement qui ne dépasse pas un tiers des revenus de l’emprunteur, soit l’équivalent ou moins à 33%. Ce ratio est représenté par la part des rentrées d’argent mensuels fixes du candidat au prêt consommé dans le remboursement de ses prêts en cours. Les revenus temporaires ou occasionnels ne sont généralement pas comptés.

Le taux d’endettement et les revenus de l’emprunteur

Le calcul du ratio d’endettement, ou le montant total de ses prélèvements par rapport à son budget, se fait en suivant cette formule : (charges/revenus) x 100.

Les banques peuvent accorder le financement sollicité même si le débiteur dépasse ce taux d’endettement, en fonction du risque qu’elles perçoivent dans l’investissement et des revenus de l’emprunteur. Si ce dernier dispose de revenus confortables, elles peuvent accepter un financement avec un taux d’endettement jusqu’à 40 %. Néanmoins, s’il a des ressources modestes, les banques pourraient hésiter à regrouper ses prêts au-delà d’un taux de 30 %. Par exemple, pour un emprunteur au SMIC avec un taux d’endettement de 28 % et un reste à vivre de 700 euros pour une famille de 3 personnes, les banques pourraient refuser une demande de crédit.

Lorsqu’un débiteur dépense plus qu’il ne reçoit lors de chaque paiement de mensualités, il se trouve en situation d’endettement. Si ses charges deviennent trop importantes par rapport à ses revenus, la plupart des établissements financiers refusent alors de lui accorder une nouvelle demande de crédit, à l’exception d’un prêt hypothécaire. Le débiteur devrait alors envisager la solution de rachat de crédit.

Recourir aux calculettes en ligne

Pour évaluer s’il est possible d’obtenir une consolidation de dettes, il est conseillé de recourir aux calculatrices en ligne. Cette opération permet également d’évaluer l’intérêt du rachat et de considérer d’autres solutions possibles si son ratio d’endettement est trop élevé. Pour effectuer soi-même ce calcul de ce ratio, il faut utiliser ses relevés de compte des 3 derniers mois et lister ses charges et ses revenus. Les charges incluent le remboursement des prêts en cours, les pensions diverses et autres charges. Les revenus intègrent les :

  • salaires mensuels nets,
  • aides & pensions,
  • revenus fonciers ou revenus professionnels non-salariés,
  • commissions, etc.

Les indemnités professionnelles et les primes exceptionnelles ne sont généralement pas incluses dans les revenus.

Se fier aux outils de simulation des sites spécialisés en rachat de crédit

Le moyen le plus simple et le plus rapide de calculer le taux d’endettement est d’utiliser les outils de simulation disponibles sur les sites de rachat de crédit en ligne. Il suffit de rechercher « outil de simulation de taux d’endettement » pour accéder à diverses calculatrices. Prenons l’exemple d’un couple qui souhaite demander un prêt immobilier avec des revenus mensuels nets de 4200 euros, et qui dispose aussi d’autres revenus fonciers de 600 euros. Le montant de leur loyer hors charges est de 1100 euros. Le couple rembourse 300 euros chaque mois pour un prêt immobilier. Leur taux d’endettement est alors de 33 %. Le couple est ainsi éligible à une nouvelle demande de crédit immobilier ou à un rachat de crédit immobilier s’ils le souhaitent.

Prenons aussi un autre exemple avec un ménage qui affiche 3600 euros de revenus professionnels nets chaque mois. Le ménage perçoit d’autres revenus mensuels de 700 euros. Leur loyer hors charges est de 1300 euros et le couple doit honorer des échéances de remboursement de prêt immobilier de 400 euros chaque mois. Dans ce cas, le ratio d’endettement est de 47 %. Ce taux élevé ne signifie pas forcément que le couple est en difficulté financière.

Au cours de ce calcul, l’emprunteur peut constater que son taux d’endettement est bien au-dessus du ratio généralement accepté ou bien en dessous de cette limite de 33 %. Si son taux d’endettement est largement supérieur à 33 %, il est judicieux de rechercher d’autres solutions que le regroupement de crédit. Pour rappel, le rachat de crédits ou restructuration de crédits permet de regrouper différents crédits en cours en un seul et unique contrat de prêt. Cette solution de financement réduit l’effet de levier de l’emprunteur, car les paiements mensuels sont alignés sur sa capacité de remboursement.

Pour le cas des prêts à la consommation, par exemple, les personnes éligibles bénéficient d’une période de remboursement pouvant aller jusqu’à 12 ans. Un débiteur hypothécaire a droit au remboursement sur une période de 35 ans si le rachat est accompagné d’une hypothèque. D’autre part, comme les mensualités de remboursement sont réduites en fonction de la capacité de remboursement de l’emprunteur. Il convient toutefois de noter que le rallongement des remboursements signifie plus d’intérêts, ce qui augmente montant total des crédits à regrouper.

Cependant, cette solution permet d’assainir le budget du débiteur et lui permet à la fois de bénéficier d’une trésorerie supplémentaire. En effet, sous condition d’éligibilité, le candidat au rachat pourrait aussi prétendre à un nouveau financement pour mettre sur pied son nouveau projet. Avant de souscrire à une demande de rachat, le calcul de son ratio d’endettement est vivement recommandé. A part cela, l’emprunteur devrait également comparer les offres des établissements financiers afin de trouver le taux le plus compétitif. Pour l’emprunteur, le taux d’intérêt et les conditions de l’offre sont les éléments pivots permettant d’évaluer une proposition de rachat de crédit.

Les banquiers et les courtiers parlent souvent de « reste à vivre » lors du calcul de votre emprunt. De ce « reste à vivre » dépend notamment la réussite ou non de votre demande.

La question étant : qu’est-ce que le « reste à vivre » ?

Il ne faut pas l’interpréter autrement. Le « reste à vivre » est ce qui restera sur votre compte une fois déduites toutes les charges que vous devez payer, y compris justement les mensualités de l’emprunt que vous êtes sur le point de demander. C’est une somme qui se basera sur vos revenus et les dépenses que vous faites par mois.

Quelle est la moyenne exigée par les banques ?

En moyenne, les banques exigent un reste à vivre de 700 à 1 000 euros pour un adulte et de 300 à 500 euros par enfant à charge. Sans quoi, votre demande de crédit risque de ne pas être acceptée. En effet, si le reste à vivre n’est pas suffisant, vous risquez le surendettement. Vous aurez du mal à respecter les mensualités.

Comment le reste a vivre est-il calculé ?

Le reste à vivre d’un emprunteur est simplement calculé en fonction de sa situation financière. Il faudra faire le total de toutes les factures que vous devez payer et ce dont vous avez besoin pour vivre tout au long du mois. La somme sera ensuite déduite de votre revenu mensuel.

L’opération de regroupement de dettes est un montage complexe qui fait intervenir différents éléments comme :

  • les frais de dossier,
  • le taux d’intérêt,
  • les pénalités de remboursement anticipé,
  • l’assurance-emprunteur.

Il y a aussi les frais de courtage si le souscripteur à cette opération fait appel à un courtier. Si un emprunteur souhaite ainsi obtenir un contrat de regroupement pas cher, il aurait à effectuer la négociation et la mise en concurrence de ces différents éléments. Pour ne pas perdre son temps à écumer les organismes financiers et les établissements prêteurs avec la comparaison de ces éléments, le souscripteur a intérêt à recourir à l’outil de simulation de rachat de crédit.

Pour déterminer si la démarche est intéressante ou non

Comme son nom l’indique, cet outil l’aide à visualiser d’avance ce que sera l’allègement de la mensualité de cette opération, le taux d’intérêt qu’il peut obtenir, la durée du remboursement de rachat, le coût total de l’opération. Après cette simulation, le demandeur reçoit diverses propositions de rachat. Il n’a plus qu’à choisir celle qui correspond à ses besoins et son budget.

Pour économiser du temps et de l’argent

Le recours à un simulateur de rachat permet ainsi de gagner du temps et de l’argent sans se déplacer de chez soi. De plus, les offres de rachat sont sans engagement et les informations transmises lors de cette démarche resteront confidentielles entre le courtier et le souscripteur. Ce dernier peut d’ailleurs contacter directement l’établissement bancaire qui a émis l’offre s’il trouve la proposition intéressante. Après avoir signé la proposition de rachat qu’il a trouvé pas chère, l’emprunteur peut regrouper rapidement ses dettes après un délai de réflexion de 10 à 14 jours en fonction de la nature de l’opération de refinancement.

Retour