Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Renégociation de prêt : à quel moment franchir le cap ? 

 

La renégociation de son prêt immobilier consiste donc à faire une demande auprès de l’établissement avec lequel un contrat initial a été signé. Il s’agit d’obtenir une modification des conditions en appliquant un taux inférieur à celui que le même établissement a accordé quelques années plus tôt. Évidemment, celui-ci est bien plus élevé qu’aujourd’hui. Pour une rapide obtention, il faut présenter un bon profil, tout en étant un bon client de longue date. En effet, dans une telle condition vos chances sont accrues et les formalités peuvent être très simples.

Dans la plupart des cas, elles se résument à l’établissement d’un avenant. Le contrat initial reste toujours valable. Toutefois, pour les autres clients, la banque peut refuser la demande. Il se peut aussi que la réduction offerte soit assez limitée. De plus, les démarches risquent d’être longues et fastidieuses.

Pour mieux entreprendre une renégociation de son prêt, il faut que certaines conditions soient remplies. Premièrement, il faut être dans la première moitié de son crédit immobilier. Sur un emprunt de 20ans, il est conseillé de réaliser l’opération avant 6 ans. C’est la période durant laquelle l’emprunteur rembourse majoritairement les intérêts au détriment du capital. Ensuite, il faut que l’écart entre le taux du prêt initial et le taux actuel soit supérieur ou égal à 1 point. Lemieux, c’est d’avoir au moins 0,70 d’écart.

C’est dans un tel cadre que la renégociation soit réellement avantageuse. Elle est facile à accomplir dans la mesure où le taux immobilier n’a cessé de diminuer. Ensuite, le montant du capital dû doit être conséquent. À ce sujet, les avis des experts diffèrent. Leurs avis se situent entre 50 000 euros jusqu’à 70 000 euros. En effet, la pratique a démontré que les banques ont l’habitude de refuser les dossiers dont le montant est inférieur à 70 000 euros.

D’une manière concrète, pour un emprunteur ayant un taux de crédit immobilier à 2,60% sur 20 ans, il est concerné dans la mesure où les taux actuels sont à 1,60% sur 20 ans. L’important est que plus le restant dû est important, plus les économies à récolter sont importantes. Enfin, la durée restante des remboursements doit également être conséquente. Cela permettra à l’emprunteur de bénéficier d’un gain financier plus important par rapport aux frais inhérents à la procédure de renégociation.

Les professionnels de l’immobilier et des crédits s’accordent à dire que le niveau très faible des taux d’intérêt rend la période idéale pour renégocier son prêt. Pour cette année 2019, ces taux n’ont jamais été aussi bas. En effet, depuis 2008, ils n’ont cessé de baisser pour atteindre leur niveau le plus faible en 2016, une année record en France. Cette baisse assez significative est à l’avantage des emprunteurs. Ainsi, tout acquéreur d’un bien immobilier avec un prêt avant 2016 ne trouve que des avantages à renégocier le prêt en 2019. Par conséquent, ne pas renégocier son crédit auprès de sa banque en ce moment représente un véritable manque à gagner. Pour faciliter la tâche, il suffit de discuter les possibilités avec sa banque. Il n’y a rien à perdre alors que des économies sont à réaliser. En outre, les comparateurs des taux de crédit immobilier sont disponibles auprès des banques.

Les négociations avec la banque peuvent être délicates. Tout d’abord, les banques ne vont pas accueillir à bras ouverts un client venant lui demander un rabais. Le dilemme est encore plus grave pour elle, car il va s’agir d’une remise pouvant aller de 10 000 à 20 000 euros sur le crédit du client. En effet, l’exemple d’un crédit de 250 000 euros souscrit sur 20 ans au cours des 5 dernières années peut offrir plusieurs dizaines de milliers d’euros d’économies pour l’ensemble de la durée du prêt. Toutefois, une estimation en ligne donnera un montant plus précis des gains potentiels. Un simple conseil consiste à comparer l’ancien échéancier avec la nouvelle proposition pour la même durée de crédit restante. Si le résultat fait apparaître des mensualités inférieures, cela veut dire que de l’argent va être gagné.

Dès fois, les banques vont vous offrir un geste minime ou symbolique. À cet effet, elle va proposer un taux 0,5 point plus bas. Dans la réalité, cela ne fera gagner grand-chose. Ainsi, afin de mieux intéresser votre banque, il faut ainsi s’engager davantage encore auprès d’elle. Il peut s’agir de prendre des assurances chez elle, de souscrire une assurance vie ou d’ouvrir un PEL (Projet Épargne-Logement).

Il apparaît donc que la renégociation d’un emprunt rapporte actuellement plus que jamais. Pour l’emprunteur, elle représente un réel avantage. Elle lui permet d’obtenir une réduction du taux d’intérêt du prêt. Celle-ci offre deux opportunités. Il se peut que la durée de remboursement soit réduite avec les mêmes mensualités. Ici, il s’agit de rembourser plus vite. Il peut aussi s’agir de la réduction du montant des mensualités pour le restant de la durée du remboursement. En remboursant moins tous les mois, cela permet de faire une récupération du pouvoir d’achat mensuel.

En outre, l’opération permet également de bénéficier de nouveaux contrats d’assurance moins onéreux que les précédents. Ainsi, pour mieux calculer les bénéfices potentiels d’une renégociation de prêt, il faut considérer le capital restant dû, la différence de taux, les frais éventuels engendrés par l’opération, et la durée restante de remboursement. En effet, il ne faut pas oublier de prendre en compte les frais engendrés par l’opération. Il est donc important de faire la balance entre ceux-ci et les gains escomptés afin de déterminer si la renégociation est opportune pour être réalisée.

Lors d’une demande de renégociation d’un prêt auprès de sa propre banque, rien n’oblige celle-ci à accepter la demande du client. Ce n’est nullement obligatoire pour elle en tant que prêteuse. La logique justifie sa démarche, car elle n’a aucun intérêt à accorder un taux plus intéressant aux clients. Son unique avantage est juste de vous garder en tant que client.

Toutefois, si la demande est acceptée par sa propre banque, elle n’aura qu’à rajouter simplement un avenant au contrat du prêt. Ainsi, il n’y aura aucuns frais à payer si on ne change pas de banque. En effet, lors d’une renégociation seul le taux d’intérêt est modifié. La banque n’aura alors qu’à rajouter un avenant ou éditer un nouveau contrat. Ces deux opérations n’engendrent aucuns frais. Toutefois, certaines banques peuvent taxer aux demandeurs des frais de dossiers. Mais ceux-ci sont négociables. Normalement, si la banque veut vous garder comme client, la logique devrait l’inciter à supprimer les frais éventuels.

Enfin, l’avantage de ne pas changer de banque est la possibilité d’en profiter pour financer des travaux. En dehors de la baisse des mensualités et de la durée du remboursement, une autre éventualité peut être introduite lors de la renégociation du prêt. Il s’agit de savoir profiter de l’argent économisé avec le taux plus bas pour financer des travaux sans avancer de l’argent. Une vraie aubaine !

Retour