Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Est-il possible de bénéficier d’ un rachat de crédit hypothécaire après un divorce ?

A noter tout de suite que le rachat de crédit hypothécaire n’est pas faisable tant que le divorce n’est pas exprimé par le juge. Le rachat de soulte est la formule envisageable si l’ex-conjoint souhaite racheter la part de l’autre afin que le bien immobilier devienne sa pleine propriété. Avant de prendre une telle décision, il faut d’abord évaluer la capacité d’emprunt et connaître toutes les conditions requises. Dans le premier paragraphe, la procédure pour que l’un des conjoints devienne l’unique propriétaire, en cas de divorce, est discernée. On parle de rachat crédit hypothécaire par l’ex-conjoint dans le second paragraphe. Nous allons évoquer les bons côtés du rachat de crédit hypothécaire en cas de divorce tout en évitant les mauvaises surprises dans le dernier paragraphe.

Dans la plupart des cas de divorce, la décision de l’un des deux conjoints de devenir unique propriétaire n’est pas un cas isolé. Le projet qui s’ensuit est de garder le bien pour y habiter ou pour le louer à un tiers.

Admettons que le prêt hypothécaire pour l’acquisition du bien en question a été souscrit aux deux noms, et que le couple est marié sous le régime de la séparation des biens. L’un des deux conjoints peut choisir parmi les deux solutions dont :

  • la demande de désolidarisation du prêt hypothécaire ou
  • une nouvelle demande de prêt hypothécaire a son seul nom pour avoir la possibilité de clôturer le prêt hypothécaire en cours. C’est le cas d’un rachat de prêt hypothécaire.

La procédure, quelle que soit la solution choisie, requiert des actes auprès du notaire. L’ex-conjoint devient effectivement l’unique propriétaire au terme d’un acte de partage avec le rachat de soulte suivi du remboursement de l’ancien prêt hypothécaire. Le paiement des mensualités du nouveau prêt hypothécaire commence. Comment se fait concrètement le rachat du prêt hypothécaire par l’ex-conjoint ?

L’ex-conjoint qui cesse d’être propriétaire a intérêt à demander auprès de la banque une désolidarisation du prêt hypothécaire, si l’autre projette de continuer le prêt hypothécaire. Si ce n’est pas le cas, l’ex-conjoint qui veut garder le bien immobilier procède au rachat du prêt hypothécaire. Dans sa demande, l’ex-conjoint inclut le montant de la soulte au même titre que les frais du notaire ou les éventuels frais annexes.

Le nouveau prêt hypothécaire est donc en son nom seul. Pour ce faire, il règle le capital restant dû de l’ancien prêt hypothécaire. Il rembourse son ex-conjoint dont le montant de la soulte et il paie tous les frais connexes. En fonction de sa capacité de remboursement, il peut demander une extension de la durée de remboursement afin de décrocher une trésorerie supplémentaire, par exemple. Autrement, il peut garder les mêmes conditions initiales.

Suite au divorce prononcé par le tribunal, le rachat de crédit hypothécaire permet aux ex-conjoints de réaménager complètement leurs dettes pour que le seul nouveau crédit soit adapté à leur niveau de revenu respectif. Ce serait une occasion de demander le financement d’un nouveau projet ou une trésorerie pour affronter les imprévues, en fonction du revenu. Le rachat de crédit hypothécaire en cas de divorce peut être un moyen pour retrouver respectivement l’équilibre financier. Ce n’est pourtant pas une motivation de séparation du couple.

Le nouveau crédit, donc une nouvelle mensualité régulée en rapport à la capacité d’emprunt, permet à l’ex-conjoint une liberté totale car, le bien immobilier est en son nom personnel, c’est-à-dire sa pleine propriété. Il peut le revendre, l’habiter ou le louer et l’autre n’a plus aucun droit sur le bien.


Connaissez-vous la définition de Cautionnement par une personne ?

La caution est une personne qui s’engage avec vous pour le paiement de vos charges. Elle peut être utile lors d’une demande de crédit ou encore dans un dossier de demande de location. Généralement, on choisit une personne de son entourage pour ce faire. Dans ce cas, on parle de « cautionnement par une personne ». Cette dernière doit avoir les fonds nécessaires pour assurer les mensualités dans le cas où vous serez défaillant. Ce doit être donc une personne de confiance et avec des liquidités suffisantes et disponibles rapidement en cas de besoin.

Retour