Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

L’intérêt d’un courtier  pour un deuxième rachat de crédit pour propriétaire salarié

Pour la réalisation d’un deuxième rachat de crédit immobilier, tout comme lors du premier rachat de crédit, l’emprunteur peut trouver la meilleure solution en engageant un courtier spécialisé. Si le propriétaire salarié n’est pas apte à utiliser les outils de simulation en ligne, ni à négocier auprès d’un établissement prêteur, un courtier spécialisé est bien placé pour l’aider. Il convient ainsi de bien définir le deuxième rachat de crédit et l’importance de faire appel à un courtier.

Le rachat de crédit propriétaire salarié, comme son nom l’indique, est réservé aux salariés propriétaires de logement. Les salariés locataires sont exclus de cette opération. Contrairement au profil d’un locataire, le propriétaire peut proposer comme garantie sa maison ou son appartement. A cet effet, l’établissement bancaire va se baser sur le capital immobilisé dans les biens immobiliers. Probablement, le propriétaire salarié peut profiter des conditions d’emprunt plus rentables, surtout en matière de taux d’intérêt. Le bien immobilier mis en garantie n’est pas forcément la résidence principale du souscripteur de rachat de crédit propriétaire, même s’il n’est pas salarié. Une résidence secondaire ou un bien immobilier locatif peut aussi être considéré. Le rachat de crédit peut se réaliser pour la nue-propriété. L’emprunteur peut disposer du bien immobilier pour le mettre en vente par la suite. Il peut se trouver dans le cadre d’un usufruit, c’est-à-dire le droit d’utiliser le bien immobilier comme résidence principale ou pour le mettre en location.

Faire la demande d’un deuxième rachat de crédit à la banque initiale ou à une autre banque concurrente est possible si l’objectif du salarié propriétaire est clair : réduire le taux d’endettement. Au fait, le salarié propriétaire peut réaliser autant de fois que nécessaire un rachat de crédit, en fonction de sa capacité financière et de son profil d’emprunteur. Le principe d’un rachat de crédit est identique pour un premier ou pour un énième rachat de crédit, c’est-à-dire faire racheter les crédits en cours auprès d’un organisme prêteur. C’est mieux et plus avantageux si sa propre banque accepte. Sinon, se tourner vers un organisme concurrent est une alternative. En tout cas, l’opération aboutira à l’allongement de la durée du nouveau crédit. Cet allongement est nécessaire pour que le montant des nouvelles mensualités soit plus faible. C’est un principe du rachat de crédit pour que la situation budgétaire de l’emprunteur s’améliore. Un deuxième rachat de crédit n’est pas un rachat de crédit parallèle au premier. Il s’agit d’un nouveau crédit, d’un nouveau rachat de crédit qui rachète tous les crédits en cours, y compris le premier rachat de crédit, en supposant que le salarié emprunteur ait souscrit d’autres crédits conso entre le premier et le deuxième rachat de crédit.

Les procédures pour réaliser un deuxième rachat de crédit sont un peu compliquées pour les apprentis en finances. Faire appel à un courtier spécialisé est donc nécessaire. Le courtier et l’établissement bancaire discutent sur la faisabilité du 2ème rachat de crédit du salarié propriétaire. La faisabilité du 2ème rachat de crédit immobilier pour propriétaire salarié nécessite parfois une analyse préalable par un courtier spécialisé en rachat de crédit. Celui-ci joue également le rôle de conseiller pour le salarié. Il est du ressort du courtier de trouver pour le propriétaire salarié un TAEG intéressant. Ceci est le taux annuel effectif global du 2ème rachat de crédit sollicité. A l’aide de son réseau de partenaires bancaires, le courtier consulte les offres et propose à son client le meilleur taux. Le courtier propose une solution personnalisée. L’important est de trouver un courtier compétent. L’emprunteur doit booster sa chance pour gagner en termes de temps et en économie d’argent. Le courtier fait l’analyse du dossier et le salarié attend avec confiance le moment de la signature finale. Si le courtier n’est pas pris en charge par la banque, le propriétaire salarié aura à payer des frais de courtage, en pourcentage du montant du nouveau crédit.

Retour