Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédit consommation important avec trésorerie en plus

Un rachat de crédit conso important est un dispositif financier qui permet à un emprunteur de réunir en un seul crédit tous les crédits en cours dont le montant total est relativement important. A noter cependant que la banque peut consolider seulement des dettes limitées à 100.000€ dans le cadre d’un rachat de crédit conso. Il est donc important de se pencher sur l’encadrement législatif du rachat de crédit conso.

La Loi Lagarde de Juillet 2010 est destinée à l’encadrement de nouvelles règles des crédits à la consommation. Grâce à cette loi, les informations, la protection et la responsabilisation des consommateurs sont bien surveillées. Au fait, la législation a deux principaux objectifs, dont :

  • protéger les emprunteurs et usagers du crédit à la consommation,
  • lutter contre le surendettement en promouvant le rachat de crédit conso à l’endroit des ménages, quel que soit le type de crédit concerné : crédit auto, crédit personnel, crédit renouvelable, etc.

La Loi Lagarde couvre pareillement d’autres mesures et reformes qui concernent l’assurance emprunteur, la procédure de surendettement, le rachat de crédit, etc. Il s’agit d’imposer aux établissements prêteurs d’être transparents dans leurs offres de crédit et rachat de crédit et de se tenir responsables vis-à-vis des clients lorsqu’ils accordent un prêt. Ces organismes prêteurs doivent méthodiquement consulter le Fichier des Incidents de Remboursement de Crédit aux Particuliers ou FICP avant d’accorder un crédit ou un rachat de crédit.

La loi oblige autant l’établissement bancaire d’afficher clairement sur son dossier d’offre de crédit et sur toutes les communications commerciales le TAEG relatif à un crédit.

Il est plus que nécessaire de comparer plusieurs établissements bancaires et organismes de financement ainsi que les différentes offres de rachat de crédit afin de trouver l’offre qui correspond aux besoins. C’est aussi une occasion pour trouver le taux le plus bas possible. L’emprunteur doit être consciencieux par rapport aux conditions d’acceptation et de la fixation des frais annexes. Il doit comprendre que le taux d’intérêt appliqué dépend de son profil, et évidemment de la nature du crédit. Cependant, pour comparer, l’emprunteur doit être attentif :

  • au TAEG ou Taux annuel effectif global,
  • au coût de l’assurance emprunteur,
  • aux frais de dossier,
  • aux frais de notaire,
  • aux indemnités de remboursement anticipé, etc.

Il faut rappeler à tout emprunteur que le taux d’intérêt est la rémunération encaissée par l’établissement bancaire contre la somme d’argent qu’il prête à son client. Quoi qu’il en soit, il ne doit pas dépasser le taux d’usure ou le taux plafond fixé par la loi.

En général, l’assurance emprunteur est facultative pour un rachat de crédit conso, mais elle peut renforcer le dossier de rachat de crédit si l’emprunteur veut proposer un dossier plus convaincant. Si l’assurance proposée par l’établissement bancaire est trop élevée, l’emprunteur peut s’engager dans une délégation d’assurance. L’autre point essentiel à observer est l’ensemble des frais de dossier. Un montant trop élevé de frais de dossier entraîne un surcoût du rachat de crédit et entraîne une durée plus longue des remboursements.

Dans la plupart des opérations de rachat de crédit conso, les emprunteurs font une demande de trésorerie supplémentaire. C’est une opportunité pour alléger le montant des mensualités, mais également une occasion pour satisfaire des besoins personnels, sans avoir à contracter un autre nouveau crédit conso. En effet, le rachat de crédit conso plus trésorerie représente une bonne formule pour relancer les affaires de l’emprunteur sur des bases financières saines, par exemple :

  • s’acheter une nouvelle voiture,
  • financer des travaux supplémentaires,
  • acquérir un bien immobilier, etc.

Si la trésorerie demandée est affecté, la banque demande à l’emprunteur un justificatif avant de procéder au déblocage de l’argent. C’est le contraire à une trésorerie de libre d’utilisation qui est débloqué dès la signature finale du rachat de crédit. En principe, le montant de la trésorerie accordée à l’emprunteur est limité à 15% du montant du rachat de crédit.

Retour