Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Financement Rachat de crédit pour baisse de revenus retraités comment ça marche ?

L’arrivée de l’âge de la retraite est synonyme de baisse de revenus pour les retraités. Ainsi, il est important de se préparer à cette diminution de ressources pour ne pas avoir des fins de mois difficiles. La majorité des personnes qui ne touchent pas de rente ou qui n’ont pas fait de placement en épargne souffrent de cette réduction du pouvoir d’achat. Ceux qui ont souscrit à des crédits et qui doivent encore les rembourser après le départ à la retraite sont également dans le même cas. Pour pallier ce problème, il existe la solution de rachat de crédit. Cette disposition permet de garder la main sur son budget et de mieux profiter de sa retraite. Explications.

Le regroupement de crédit est une opération qui permet de racheter les crédits en cours basés sur un taux élevé et de les regrouper en un seul. Ce seul crédit bénéficie d’un taux plus faible et d’une mensualité adaptée à la capacité de remboursement du débiteur. Le nouveau prêt sera ainsi étalé sur une durée plus longue. Cette opération financière n’est pas uniquement pour les jeunes qui ont contracté plusieurs crédits. Elle cible également les retraités qui ont de problème pécuniaire suite à leur cessation d’activité. Les pré-retraités qui accumulent les dettes à cause d’une rentrée d’argent insuffisante peuvent également opter pour cette situation.
Outre l’amélioration de la situation financière et la diminution de son taux d’endettement grâce à l’augmentation de son reste à vivre, la restructuration de dettes permet également d’obtenir un nouveau financement. Et ce sous certaines conditions, par exemple, le débiteur donne en hypothèque son bien immobilier.
En effet, beaucoup de personnes à l’âge de retraite souhaitent partir à la découverte du monde, aider leurs enfants, profiter des envies qu’elles n’ont pas pu faire au cours de leur jeunesse. D’autres souhaitent effectuer des travaux de réhabilitation de leur logement ou souhaitent payer les droits à la succession ou constituer une épargne complémentaire. Ce changement de vie devrait alors leur offrir une opportunité de réaliser les projets qu’ils ont nourris. Et pour financer leur projet sans risque de déséquilibre de budget, elles peuvent recourir à la solution de rachat de prêts.

Cette restructuration de dettes s’étale sur une durée de 3 à 35 ans. Il y a trois options possibles.

  • la première consiste à se faire racheter les dettes sans hypothèque. Dans ce cas, le plafond du montant du rachat dépend du statut du souscripteur. Le locataire peut bénéficier d’une offre de rachat jusqu’à 100 000 euros pour une durée de remboursement sur 12 ans. Tandis que le propriétaire pourrait regrouper ses prêts d’un montant inférieur à 200 000 euros sur une durée de remboursement de 15 ans.
  • Dans le deuxième cas, les établissements qui proposent ce type de financement acceptent également de racheter des crédits et de refinancer sans plafond, si le débiteur hypothèque son bien immobilier. La durée de remboursement dans cette option ne doit pas dépasser 35 ans et l’âge du fin du crédit dépend de chaque organisme de restructuration de dettes.
  • La troisième option s’articule autour d’un crédit hypothécaire à paliers pour ceux qui vont partir à la retraite. Dans cette solution, le rachat est étudié pour offrir plus de facilité de paiement au moment de la baisse de revenus lors de la retraite. Il est réparti en plusieurs paliers. Dans ce plan de financement, le débiteur devrait fournir la date prévue de son départ à la retraite et l’estimation du montant qu’il pourrait percevoir pendant cette période de cessation d’activité professionnelle. Ce prêt aux remboursements dégressifs est offert à un taux fixe avec une seule mensualité. Pour un seul emprunteur, il sera divisé en deux paliers. Mais pour des co-emprunteurs, il sera composé de 3 paliers qui s’adaptent aux étapes de passage en retraite des deux personnes. Le calcul du premier de ces paliers se fait sur le salaire des emprunteurs. La mensualité du deuxième est adaptée pour la pension, tandis que le troisième palier est calculé pour convenir au passage à la retraite du conjoint.

Rappelons d’abord que les organismes qui proposent ce type de refinancement foisonnent mais certains sont plus réticents lorsqu’il s’agit d’une personne avancée en âge. Et ce malgré l’amélioration de la longévité de vie due aux avancées de la médecine. C’est pourquoi, il est préférable de restructurer ses dettes dès lors que les remboursements deviennent lourds. On retrouve la formule de rachat de crédit consommation et celui du regroupement de dettes immobilier. Dans cette opération, certains critères doivent être pris en compte dans le choix de l’établissement de rachat.

  • Le taux d’intérêt du rachat : ce TAEG diffère sur chaque banque. C’est le premier élément d’appréciation des aspects de l’offre du crédit. En règle générale, ce taux est fixe. Les frais obligatoires accompagnant le prêt y sont intégrés. Il faudrait opter pour le taux le plus bas. Le recours aux comparateurs de rachat de crédit permet de dénicher l’organisme qui propose le taux le plus avantageux. Celui-ci permet de bénéficier d’une marge de crédit intéressant qui permet de compenser les frais obligatoires de l’opération.
  • Les frais des indemnités de remboursement anticipé : s’il s’agit des prêts à la consommation, les pénalités sont valables au-delà d’un certain seuil de remboursement anticipé par période de un an. Pour les crédits immobiliers, les frais d’indemnités ne doivent pas excéder 6 mois d’intérêts des sommes du remboursement fait par l’emprunteur au taux moyen du prêt. Le montant de ces pénalités ne doit pas aussi être supérieur à 3 % de la totalité du capital restant dû. Par ailleurs, le contrat du prêt peut refuser ce type d’opération si le montant restant est inférieur ou égal à 10 % du montant de l’emprunt initial sauf dans le cas d’un solde. Lorsque le crédit est racheté par la concurrence, la clause pourrait indiquer l’application de la pénalité même si elle a prévu l’absence de frais d’indemnités anticipés.
  • Les frais de garanties et l’assurance du rachat : si le prêt est hypothéqué, le retraité devrait prévoir les frais du notaire pour la mainlevée. Ceux-ci sont de 2 % de l’encours. Il y a également l’assurance-emprunteur obligatoire. Le retraité peut faire la mise en concurrence l’assurance proposée par la banque et celle de la délégation d’assurances. L’offre de ce dernier est souvent plus abordable que celle de l’établissement bancaire (0,14 % contre 0,60 % au maximum).
  • Les frais du dossier : ces frais seront à payer à la banque ou à l’intermédiaire qui a permit de dénicher le nouvel contrat. Ceux-ci sont de l’ordre de 1% du montant de l’emprunt. A noter que le retraité ne doit payer aucun frais si son dossier est refusé par l’organisme de rachat.

Remarques : pour un rachat de crédit avantageux, il convient de ne pas faire cette opération que si la durée restante du crédit encours est plus longue que la durée écoulée. Le retraité doit également chercher une différence du taux du crédit encours et celui du nouveau prêt d’au moins 1 %. Le montant du capital restant dû devrait aussi être conséquent. La planification et la comparaison des diverses offres sont ainsi indispensables lors d’une souscription à un regroupement de dettes.

Retour