Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Comment bénéficier d’un 2ème rachat de crédit consommation plus trésorerie sur 8, 10, 12 ans ?

L’objectif d’un rachat de crédit est en général de regrouper tous les emprunts en cours pour ne souscrire qu’un seul crédit. Il s’agit de négocier le taux d’emprunt à la baisse, mais l’on peut également faire une demande de trésorerie supplémentaire, tout en choisissant la durée de remboursement entre 8, 10 ou 12 ans, voire 15 ans. Néanmoins, les paramètres sont interdépendants, tout dépend de tout.

La réponse est oui, mais pour réaliser cette opération bancaire, il faut respecter certaines conditions. En effet, le regroupement de crédits peut être reproduit à l’infini. Il est possible de faire un deuxième rachat de crédit dont l’intérêt est identique au premier quant aux objectifs et aux procédures. Il s’agit, en effet, de réunir tous les emprunts dans le temps, y compris le dernier nouveau projet dont le premier rachat de crédit, en un seul crédit. Toujours est-il, l’objectif est d’alléger les mensualités et non moins de profiter d’un taux de crédit plus avantageux, par rapport au précédent. Une fois encore, l’emprunteur ne s’adresse plus qu’à un seul organisme prêteur, tout en ayant la possibilité de contracter un autre nouveau crédit à la consommation, si sa capacité d’emprunt le permet encore après le deuxième rachat de crédit.

En effet, l’emprunteur peut retrouver un équilibre budgétaire dont il désire que ce soit adapté à sa situation personnelle, professionnelle et patrimoniale. A chaque nouveau projet de rachat de crédit, l’emprunteur peut bénéficier de nouvelles marges de manœuvre pour obtenir une trésorerie supplémentaire afin de pouvoir financer un nouveau projet. Dans le cadre d’un rachat de crédit à la consommation avec trésorerie supplémentaire, l’emprunteur peut réaliser un voyage à l’étranger, réaliser l’achat d’un nouveau véhicule ou accomplir des travaux dans un logement, voire anticiper les frais d’obsèques, etc. La condition la plus vérifiée est la solvabilité de l’emprunteur.

Avant de concrétiser un deuxième rachat de crédit à la consommation, l’emprunteur doit s’assurer que l’opération bancaire envisagée est rentable pour lui, tel qu’il l’a réfléchi lors du premier rachat de crédit. A cet effet, il doit observer le coût total du rachat de crédit sur l’offre de l’organisme prêteur. La première question technique est de savoir le TAEG, c’est-à-dire le taux annuel effectif global. A noter que le TAEG représente tous les frais du crédit, y compris le taux nominal, les primes d’assurances, les frais de dossier, etc.

Au passage, il s’agit d’informer que la trésorerie dans un rachat de crédit et une somme d’argent supplémentaire choisi par l’emprunteur. La somme est ajoutée au montant total des emprunts rachetés. La trésorerie supplémentaire n’est pas un nouveau crédit, mais plutôt une enveloppe additionnelle incluse dans l’opération bancaire envisagée, dont le rachat de crédit.

La trésorerie supplémentaire peut être de deux types, à savoir une trésorerie affectée à un projet prédéfini et déclaré à la banque prêteur, et de deux, une trésorerie à libre usage, c’est-à-dire que l’emprunteur n’a pas à justifier l’utilisation de la somme d’argent demandée.

Le montant de la trésorerie supplémentaire est lissé dans le total à racheter afin de pouvoir déterminer le montant de la mensualité unique. A cet effet, lors de la demande de son rachat de crédits, l’emprunteur doit renseigner la somme nécessaire pour financier son projet. Si c’est une trésorerie affectée, il doit fournir des devis ou des factures au même titre qu’un crédit à la consommation affecté. Les projets qui peuvent être financés avec une trésorerie supplémentaire dans le cadre d’un rachat de crédit à la consommation sont l’achat d’un véhicule d’occasion ou neuf, le financement des travaux de rénovation, l’acquisition d’un logement, l’investissement dans un bien locatif, évidemment, sous réserve que la capacité de rembourser de l’emprunteur le permet.

Que ce soit un premier rachat de crédits ou un deuxième ou un énième rachat de crédit, le principe de cette opération bancaire demeure identique, c’est-à-dire faire racheter les crédits en cours auprès d’une banque concurrente qui résultera à un allongement de la durée de remboursement. A noter que l’allongement de la durée de remboursement implique des mensualités plus faibles, dans la logique des choses qui se présentent les plus fréquemment.

A toute opération de rachat de crédit, que ce soit sur 8 ans ou 10 ans ou 12 ans, l’emprunteur doit voir sa situation financière distinctement améliorée. Le rachat de crédit à la consommation fait en sortes d’amoindrir le taux d’endettement de 20% à 60%, sans changer de banque. Ceci est réalisable en rallongeant la durée de son crédit jusqu’à 8 ans, 10 ans ou 12 ans, voire 15 ans ou 180 mois.

En effet, en réduisant le montant des mensualités en réalisant un deuxième rachat de crédit, l’emprunteur doit constater automatiquement son taux d’endettement réduit. Le deuxième ou la énième restructuration des dettes permet à l’emprunteur, non seulement d’accroitre son pouvoir d’achat, mais aussi d’éviter une possible situation de surendettement et pour certainement obtenir une trésorerie supplémentaire.

L’avantage d’une trésorerie supplémentaire est le taux fixe plus intéressant par rapport à un crédit renouvelable qui permet également une trésorerie. Et puis, l’emprunteur peut disposer librement la somme sollicitée, s’il s’agit d’une trésorerie non affectée. Et puis, le montant obtenu peut être plus élevé par rapport au besoin réel, et l’emprunteur peut payer les études de ses enfants, financer un mariage, etc. Bref, ce dispositif représente une solution efficace au besoin de liquidité. Cependant, il faut noter qu’un rachat de crédit n’est jamais gratuit, car il y aura toujours des frais à payer, entre autres les frais de remboursement anticipé, les frais de dossier, etc.

En outre, les taux proposés pour un rachat de crédit varient selon le profil de l’emprunteur et selon la durée de remboursement. Selon l’organisme prêteur, ces taux sont fixés par tranche de durée, par exemple une durée inférieure à 5 ans, entre 6 ans et 10 ans, entre 11 ans et 15 ans, etc. Dans la pratique, l’emprunteur choisit une durée de 10 ans au lieu de 11 ans, pour obtenir un taux plus avantageux. En tout cas, dans le cadre d’un rachat de crédit à la consommation, les organismes prêteurs limitent le montant maximum de dettes à regrouper à hauteur de 100 000€. Reste à savoir si l’adage « l’exception confirme la règle » est applicable.

Plusieurs sont les pièces justificatives requises pour le montage du rachat de crédit à la consommation plus trésorerie supplémentaire. Il y va des pièces justificatives de l’état civil : photocopie recto-verso de la CIN ou du passeport ; photocopie du livret de famille ou du contrat de mariage ; photocopie du jugement de divorce, si c’est le cas, justificative de domicile de moins de 3 mois, photocopie de la taxe d’habitation, le RIB. Il y va également des pièces justificatives du lieu de vie de l’emprunteur et des documents relatifs à ses rentrées d’argent et à son budget. L’emprunteur a intérêt à être le plus transparent possible pour réussir le rachat de crédit. S’il s’agit d’une demande de trésorerie supplémentaire affectée, il faut fournir les devis ou les factures.

Le rachat de crédit à la consommation avec trésorerie promet des avantages pour l’emprunteur, par exemples : un meilleur pouvoir d’achat et un reste à vivre plus confortable, une gestion simplifiée des dettes avec un seul organisme bancaire, un taux unique.

Retour