Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Propriétaire : rachat de crédit solution au surendettement

Quand les charges du ménage augmentent, les dettes s’accumulent et/ou les revenus diminuent, c’est le surendettement. Puisque les crédits constituent une source importante de cette difficulté financière, la solution ne peut-elle pas provenir d’eux ? Voici le rachat de crédit : une alternative intéressante pour faire face au surendettement. Ce procédé permet de conserver son bien immobilier. Il offre une occasion de rembourser tous ses crédits dans de nouvelles conditions plus abordables qui tiennent compte de la situation de l’emprunteur.

Si le propriétaire avait pu bénéficier d’un financement bancaire au stade de l’acquisition, c’est qu’il remplissait les conditions nécessaires. Parmi ces conditions, il y a l’apport personnel suffisant, la situation professionnelle prometteuse, la capacité de remboursement suffisante, etc. Néanmoins, le crédit immobilier est un prêt à long terme. Il se peut que des événements ultérieurs comme la naissance d’un enfant, la perte d’emploi, la baisse de pouvoir d’achat ou d’autres cas beaucoup plus compliqués viennent perturber le remboursement du crédit.

Le surendettement est donc la situation où une personne n’arrive plus à rembourser ses crédits. Elle a aussi du mal à payer les charges de son foyer comme l’électricité, les frais de transport, les frais de scolarité, les impôts, les nourritures, car ses ressources financières ne s’y prêtent plus.

Quelle que soit la cause du surendettement, il crée toujours une situation délicate entre le débiteur concerné et ses créanciers. En effet, les crédits doivent être remboursés dans les échéances prévues. Suite aux impayés qui entraînent la mise en demeure, deux solutions restent envisageables :

Si le propriétaire a mis le bien immobilier en hypothèque, le prêteur (banque ou organisme de crédit) peut demander la saisie du bien hypothéqué auprès du tribunal. Le préteur va alors procéder à sa mise en vente pour se faire rembourser sur le prix. Avec cette solution, l’emprunteur rembourse ses dettes, mais il perd sa maison/appartement.

Le propriétaire peut aussi déposer un dossier de surendettement à la Banque de France pour saisir la commission de surendettement. Cette solution entraîne son fichage au FICP. Or, l’inscription au FICP signifie que la personne concernée n’aura plus le droit de contracter un crédit. Elle ne pourra pas non plus se porter caution d’un crédit et elle lui sera désormais interdite de procéder au rachat de crédit.
Justement, le rachat de crédit est une alternative qui permet d’éviter les désagréments de ces deux premières solutions.

Pour bien comprendre la situation, il faut prendre l’exemple d’un surendetté qui a à sa charge une mensualité total de 1 090 € (crédit immobilier : 840 €, crédit auto : 120 €, crédit pour la scolarisation : 90 € et crédit personnel : 40 €). Si cette personne vient de perdre son conjoint et qu’elle doit supporter tous les dépenses du ménage avec ses revenus de 2 100 €, il est tout à fait impossible de payer en même temps ces mensualités, de s’occuper de toutes les charges du ménage.

Le rachat de crédit est un procédé par lequel un autre établissement de crédit s’engage à payer tous les capitaux restants dus de tous les prêts de l’emprunteur. Ainsi, ce dernier n’a plus rien à rembourser à son ou ses ancien(s) créancier(s). En contrepartie, le montant total des capitaux restants dus, payés par le nouvel établissement, ainsi que les frais éventuels de l’opération va constituer le capital d’un nouveau et unique prêt de l’emprunteur. Ce nouveau prêt sera négocié dans des nouvelles conditions plus avantageuses pour le débiteur. Sans entrer dans les détails, le premier avantage qu’il peut en tirer réside dans le fait que la mensualité est réduite par rapport à celle qu’il aurait dû payer auparavant.

Le rachat de crédit surendettement  permet en premier lieu d’alléger les dépenses mensuelles et de faciliter le remboursement des crédits. Ceci s’explique par le fait qu’il réduit le montant de mensualité à payer. En reprenant notre exemple : si auparavant, le débiteur doit payer 1 090 €, il se peut que la nouvelle mensualité n’excédera pas les 400 €, voir largement moins.

Les différents prêts de l’emprunteur disposent chacun de leur date d’échéance. Dans ce cas, il est plus facile de tomber dans l’impayé quand certains fournisseurs (opérateur téléphonique par exemple) prélèvent leurs créances et assèchent le compte bancaire de l’intéressé alors que la mensualité d’un crédit n’est pas encore prélevée. Pire, l’intéressé peut s’endetter davantage quand le découvert bancaire vient s’emmêler. Avec le rachat de crédit, l’emprunteur a une vision plus claire de ses dépenses. Il a un seul crédit à rembourser, une seule mensualité par mois.

Le rachat de prêt permet aussi d’éviter le surendettement. Enfin, il permet de conserver son bien immobilier hypothéqué.

La première solution consiste à demander le rachat de prêt auprès de sa propre banque. Ici, un nouveau prêt va se substituer à ou aux prêt(s) en cours de remboursement. Cela s’appelle un regroupement de crédit. Il offre les mêmes avantages que le rachat de crédit. Il y a également la renégociation de crédit qui consiste à négocier de nouvelles conditions plus avantageuses. Le propriétaire peut ainsi bénéficier d’un taux de crédit réduit, d’une mensualité réduite ou d’une durée de prêt rallongée. La négociation en interne permet d’accélérer l’opération.

La seconde solution consiste à solliciter l’aide d’un courtier en crédit. Grâce au professionnalisme de ce dernier, le dossier sera traité plus vite. De plus, grâce à sa force de négociation, il obtiendra pour son client une offre avec des conditions avantageuses.

Dans le cas où l’emprunteur négocie seul son rachat de prêt, il est conseillé de présenter sa demande auprès de plusieurs banques. Il convient par la suite de procéder au comparatif des offres afin de choisir celle qui correspond à vos besoins.

Les propriétaires ayant hypothéqués leur bien veulent des rachats de crédit rapides et sans déplacement. Les grands établissements financiers répondent à leur demande avec leur offre de prêt en ligne. Voici les étapes à suivre.

Choisir un organisme de crédit
Pour éviter toute forme d’arnaque et éviter des crédits aux taux d’intérêts trop chers, il faut choisir les organismes de crédit de renom ou passer par les comparateurs de prêt notable. Il est de mise de choisir au moins 3 établissements pour pouvoir comparer les offres.

Formuler la demande en ligne
Entrez sur le site et répondez au questionnaire en ligne de l’organisme. Choisissez par la suite les types de prêt et la durée du crédit (les coûts comme l’assurance et le frais de dossier s’intégreront généralement de manière automatique) dans les cases prévues sur le calculateur. Après calcul, ce dernier va présenter le montant des mensualités et le coût du crédit. Le client recevra ensuite un mail contenant une offre préalable sans engagement.

Signature de l’offre et envoi des dossiers
Si le client accepte, il signe l’offre et le renvoie avec des documents comme les 3 derniers bulletins de salaire. Il doit aussi fournir ses relevés de compte bancaire, sa carte d’identité, ses factures ainsi que d’autres documents exigés par la banque.

Un crédit relais est nommé autrement crédit achat, et ce crédit relais intervient lorsqu’un propriétaire veut vendre un bien immobilier pour en acquérir un autre. En effet, le crédit relais sert d’apport pour l’achat d’un nouveau bien, sur la base du prix de vente du bien immobilier à vendre.

En outre, le crédit relais permet de disposer du prix d’un bien immobilier avant sa vente effective. Techniquement, l’emprunteur peut intégrer le crédit relais dans un regroupement de crédits. C’est une astuce pour résoudre le problème d’absence de preneur du bien immobilier à l’échéance du crédit. C’est également un risque à prendre d’intégrer le crédit relais dans le rachat de crédit, si le bien à céder n’est pas vendu à l’échéance du crédit.

Pour prévoir le problème, il est possible de modifier le crédit relais pour le rendre éligible au rachat de crédit. Éventuellement, l’emprunteur peut modifier le crédit relais en un crédit amortissable. Le résultat attendu est que la durée de remboursement soit plus longue et l’emprunteur pourra rembourser la totalité du crédit lorsque le bien immobilier à céder trouve enfin un preneur.

En effet, faire racheter un crédit relais représente une solution acceptable dans deux cas de figure :

  • si l’organisme de financement du rachat de crédit demande à l’emprunteur de tout solder à l’échéance du crédit relais, pourtant l’ancien bien immobilier n’est pas encore vendu. Dans tel cas, le rachat permet de bénéficier un délai de remboursement plus long ;
  • si le marché immobilier se dégrade, et il s’avère impossible de vendre l’ancien immobilier à un prix raisonnable, l’emprunteur peut mettre en location le bien jusqu’à ce que la conjoncture s’améliore. Le rachat de crédit peut servir au refinancement.

Retour