Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédit meilleurs taux : Union de banques régionales pour le crédit industriel U.B.E.R

Dans le milieu de financement bancaire, il n’est pas rare qu’une banque fusionne avec une autre, change de marque ou disparaît. Cette société anonyme à conseil d’administration a été fondée en 1994. La société siégeant à Paris se spécialisait dans le secteur de banques. La radiation de cette banque date de 2005. Elle figure ainsi parmi les banques disparues.

L’autre union des banques régionales pour le crédit industriel crée en 1920 a également cessé toute activité en 1999. Cet établissement allié du Crédit industriel (CIC) se spécialisait dans l’octroi des crédits à court et à moyen terme aux entreprises. Il a été fondé en 1929. 1 an après son lancement, elle disposait d’importantes ressources de 134 millions de francs. Mais le désenchantement est au rendez-vous une décennie plus tard car le bilan affiche une chute inquiétante. L’année 1942 accompagné d’un changement de la présidence a apporté un changement prospère jusqu’à la mort du directeur général en 1965. Le processus de reconstruction mis en place par les anciens dirigeants a permis de faire un total de bilan de 75,5 millions de francs avec 33 salariés. Le total du bilan affichait encore un recul jusqu’à 1971 puis les nouveaux directeurs entamaient une nouvelle restructuration financière. Les encours connurent de nouveau une hausse puis chutèrent dans les années 80. Patrick Bréaud a pris la direction. A l’époque, le marché de financement des hôtels, café, restaurant faisait fureur. Les activités ont connu un fort développement mais les pièges étaient encore au rendez-vous. En 1993, l’UBR affichait une perte de 240 millions avec les créances litigeuses. Elle arrêta alors toute activité et entamait les procédures de recouvrement de ses dettes. La solde de son portefeuille fut vendue en 1999.

Dans le milieu du refinancement, on ne compte qu’une dizaine de banques qui proposent le rachat de crédit. La plupart de ces banques travaillent avec les intermédiaires en opérations bancaires ou courtiers pour faire connaître leurs produits. Ces derniers reçoivent une commission lorsqu’ils leur apportent des clients. Les banques peuvent aussi de leur côté varier leurs portefeuilles clients grâce à leur partenariat avec les courtiers. Parmi ces banques, on peut citer Axa, CGI, Sygma Banque etc. Ce sont en fait des filiales des grandes banques qui souhaitent accaparer ce marché.
Les emprunteurs en quête d’une solution de refinancement peuvent contacter directement ces banques ou passer par un courtier. L’un ou l’autre de ces choix a ses avantages et inconvénients. Par exemple, si le dossier de l’emprunteur est difficile : affichant un fichage ficp, un reste à vivre insuffisant mais taux d’endettement important ou une rentrée d’argent irrégulière, il est conseillé de faire appel à un courtier pour présenter un dossier solide. L’intermédiaire interviendra aussi pour la mise en place d’un rachat de crédit hypothécaire pas cher le cas échéant.
&nbsp ;
Dans tous les cas, il est fortement conseillé au candidat à l’emprunt de passer par un outil de simulation avant de décider la démarche à faire. Cet outil gratuit sur ce site l’aide à avoir une première idée du coût de la restructuration. La simulation lui permet aussi d’avoir une idée du montant de la mensualité réduite et du taux d’intérêt appliqué.
Notons enfin que le rachat de crédit n’est pas uniquement dédié aux personnes en situation difficile de remboursement de crédits. Ceux qui souhaitent bénéficier d’un montant supplémentaire pour concrétiser un projet sans faire exploser leur taux d’endettement et ceux qui souhaitent revoir à la baisse le taux d’intérêt de leur prêt immobilier se tournent aussi vers cette solution.

Signer une proposition de rachat de prêt n’est pas un acte anodin. Les emprunteurs avisés qui savent l’importance de la mise en concurrence des différentes propositions de rachat afin de réduire le coût de ce refinancement passent ainsi par un simulateur de rachat de prêts. Cette démarche lui permet d’obtenir une offre de rachat sans engagement. Cela est important car on le répète souvent, les banques et organismes financiers proposant cette sortie d’endettement sont libres d’appliquer le taux d’intérêt et les frais de mise en place de ce contrat selon leur politique d’acquisition de clients. Voilà pourquoi, on peut trouver d’écart conséquent au niveau du coût final entre deux propositions de rachat de deux établissements bancaires. Cette différence se traduit en plusieurs milliers d’euros.
L’utilisation du simulateur sur ce site ne requiert pas plus de 2 ou 3 minutes. La procédure s’effectue en 3 étapes. Le candidat au rachat peut simuler le coût de son regroupement de prêts à la consommation ou regroupement de dettes immobilières. Il peut aussi ajouter une demande de trésorerie supplémentaire s’il souhaite obtenir ce montant pour réaliser un projet personnel ou pour avoir une épargne de sécurité.
En premier lieu, il aura donc à saisir la donnée concernant sa situation de logement (est-il propriétaire, locataire ou personne hébergée à titre gratuit). Cette information permet de déterminer s’il lui est possible d’apporter ou non une garantie si besoin est. Ensuite, il aura à saisir les renseignements sur ses données financières et ses dettes (nombre et montant de ses dettes bancaires à regrouper, montant de son capital restant à rembourser, montant de ses revenus et charges fixes par mois). Enfin, il aura à indiquer le nombre de ses enfants à charge et ses coordonnées. Cette dernière information lui permet de recevoir dans son mail ou via le courrier postal une proposition de rachat au meilleur coût si son projet est réalisable. Après le remplissage de ces données, il reçoit en temps réel un avis estimatif de son projet qui sera suivi de ladite offre de rachat en fonction de son éligibilité à ce montage.

Retour