Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédits : les revenus pris en compte par les banques

L’opération de rachat de crédit est accessible à tous les emprunteurs à condition de répondre à certains critères comme la rentrée d’argent pérenne, le taux d’endettement, le comportement bancaire, le reste à vivre suffisant, l’épargne ou l’apport personnel etc. Pour établir le profil financier d’un éventuel emprunteur, l’établissement bancaire a besoin de plusieurs données le concernant, comme ses ressources mensuelles, son historique bancaire…  Quels sont les revenus réels pris en compte par les organismes de prêt ?

Les banques prennent en compte plusieurs éléments pour calculer la capacité de remboursement d’un souscripteur au rachat de crédit. Toutefois, certains éléments comme les heures supplémentaires, les primes exceptionnelles, le pourboire et les frais de déplacement peuvent ne pas entrer dans le calcul. En général, ces revenus ne seront pas comptabilisés car ils sont attribués de manière occasionnelle (un emprunteur peut faire ou non des heures supplémentaires en fonction de commande dans son travail). Pour y voir plus clair, nous avons dressé la liste des revenus pris en compte par les banques dans la procédure de rachat de crédit en fonction du profil emprunteur.

La banque estime la capacité d’emprunt d’un salarié du secteur privé en fonction du montant et du caractère pérenne de ses revenus. Elle ne retient ainsi que les rentrées d’argent qui seront sûres d’être versées. Cela inclut le salaire, les commissions, le treizième mois, les revenus locatifs, l’APL, les allocations, les pensions alimentaires. Voyons un par un ces éléments.

  • Le salaire : dans le cas d’un regroupement de dettes immobilières, l’établissement bancaire étudie en premier la fiche de salaire pour en retenir le salaire net. Puisqu’il s’agit d’un crédit à long terme, il tient compte de l’ancienneté du salarié privé dans le poste. S’il y a deux emprunteurs ayant un montant de salaire identique, le banquier préfère prêter à l’employé qui a travaillé pendant 8 ans que celui qui est à ce poste pendant 3 mois. La stabilité d’un employé en CDI constitue ainsi un point important pour les organismes prêteurs.
  • les commissions : un commercial n’ayant pas d’ancienneté ne peut pas faire valoir ses commissions. Seules les commissions d’un employé ancien seront intégrées dans le calcul du taux d’endettement. L’analyste bancaire en fait la moyenne sur une certaine période.
  • Le 13ème mois : cette prime ainsi que les primes de vacances entrent dans le calcul de l’enveloppe du rachat de crédit mais il faut que leur condition d’octroi soit stipulée dans le contrat de travail. Sinon, le salarié peut demander à son employeur de lui donner une attestation.
  • Les revenus locatifs : les organismes prêteurs calculent les loyers nets. Toutefois, ils n’ont pas le même poids que le salaire.
  • L’APL et les allocations : l’APL n’est retenu que pour le prêt d’accession sociale. Contrairement aux allocations qui seront comptabilisées si elles durent pendant toute la durée du crédit.
  • Les pensions alimentaires : les pensions alimentaires perçues seront retenues dans le calcul si le pensionnaire le perçoit également pendant la plus grande partie de son rachat de crédit.

A noter d’abord que le fonctionnaire d’Etat a plus de chances de se voir octroyer le rachat de crédit par rapport aux salariés privé ou un travailleur indépendant à cause de la stabilité de sa fonction. Les revenus calculés dans le décompte de son taux d’endettement sont les mêmes que ceux d’un employé dans le secteur privé.

Les travailleurs non salariés comme le commerçant ou la profession libérale peuvent également prétendre à l’opération de rachat de crédit à condition d’apporter des pièces justificatives de revenus. Cela comprend une copie des 3 derniers bilans (compte annuel des bénéfices industriels et commerciaux) ainsi que les relevés bancaires de l’emprunteur ou de la société des 3 derniers mois avant la demande de rachat. L’établissement bancaire sera plus enclin à accorder le crédit si les relevés de banque de l’emprunteur affichent une hausse constante. En revanche, si le secteur d’activité du TNS n’est pas très porteur et ses rentrées d’argent sont irrégulières, il a très peu de chances de voir accorder une demande de regroupement de dettes, à moins de proposer une garantie hypothécaire.

La banque retient les mêmes éléments de revenus que le salarié privé, mais elle peut refuser l’accord du crédit parce que l’emprunteur a une situation professionnelle instable. Mais il est également possible qu’elle accepte la demande si l’étude du scoring bancaire, l’apport personne, le taux d’endettement et le montant des revenus seront pris en compte dans l’octroi de financement pour le souscripteur au rachat.

Les retraités peuvent obtenir le rachat de crédit car ils disposent des pensions de retraite ou de rentes viagères. Mais si l’emprunteur est complètement immobilisé ou à un degré de mobilité réduite grave, même s’il a les pensions d’invalidité, la banque pourrait ne pas lui octroyer le financement. Mais si la personne invalide peut toujours travailler, cela constitue une garantie pour l’établissement financeur. Dans tous les cas, la banque exige toujours la souscription à une assurance lorsqu’il s’agit d’un emprunt sur le long terme.

Par ailleurs, les personnes percevant un minima social ont aussi peu de chances de se voir accorder une demande de rachat de prêt immobilier même de crédit immobilier.

Peu importe votre changement de situation financière, c’est le bon moment pour vous lancer dans une demande de rachat de crédits. Vous aurez davantage de chance de réussir si vous êtes notamment passé en CDI.

Un CDI offre plus de sécurité à la banque
Votre profil sera plus intéressant pour la banque si vous avez la sécurité de l’emploi. Vous offrez ainsi plus de garanties et faciliterez les demandes de rachat de crédit. Comme un emprunt simple, le refinancement constitue un investissement pour les établissements bancaires qu’ils ne décident pas de faire avec n’importe qui. Un CDI présente moins de risque de tomber dans le chômage et de ne pas respecter ses mensualités. Voilà pourquoi ce sont les chouchous des banques.

Un CDI pour négocier un meilleur taux
En fonction de votre profil et du capital que vous demandez à la banque, les taux appliqués à votre rachat de crédit peuvent changer. Si vous présentez un peu plus de garanties de remboursement, comme un contrat en CDI, vous aurez plus de chance de négocier de meilleur taux pour votre nouvel emprunt. Les banques seront plus faciles à convaincre dans la mesure où elles auront envie de vous garder en tant que client.

Il n’en demeure pas moins que vous pouvez toujours prétendre à un rachat de crédit même si vous n’avez pas un contrat de travail en CDI. C’est simplement un atout dans votre profil emprunteur qui peut vous faciliter et accélérer les démarches.

Le rachat de prêt ou regroupement de crédits intervient dans le cas d’une personne qui a contracté plusieurs crédits mais au fils des ans, il a des difficultés de remboursement des mensualités. Cette solution lui permet de regrouper ou de rassembler ses différents crédits en un seul, avec un taux d’intérêt plus avantageux. Concernant ce taux, il aurait à faire la comparaison des différents taux des sites de comparateurs en ligne afin de trouver celui qui lui permet d’avoir une marge intéressante d’économies.

Le rachat de crédit lui permet de ne payer qu’une seule mensualité réduite chaque mois au lieu de plusieurs car il n’a qu’un seul interlocuteur. Cette mensualité réduite est adaptée à son capacité de remboursement. Par contre, le nouveau prêt de rachat s’étalera dans une durée plus longue. Ce qui aura un impact sur le montant des intérêts et sur le coût global du prêt. Le souscripteur au rachat aura donc intérêt à chercher l’établissement bancaire ou l’organisme de rachat qui lui propose les conditions les plus favorables (taux d’intérêt compétitif, frais d’indemnités de remboursement annulés, assurance-emprunteur négociable etc). Les emprunteurs qui ont besoin d’un fonds pour financer les travaux d’une maison, ou pour tout autre projet peuvent également regrouper leurs prêts encours en un seul.

Les avantages de cette opération financière sont nombreux. L’emprunteur en situation de surendettement peut vivre plus sereinement et rembourser ses crédits sans risquer la saisie de ses biens. Ce montage financier lui permet également de diminuer son taux d’endettement et de bénéficier d’une trésorerie pour monter un projet s’il y est éligible. Certains particuliers privilégient cette solution afin de sortir d’une situation de surendettement.

Si la consolidation de dettes est censée réduire l’endettement d’un emprunteur tout en l’aidant à gérer son budget avec sérénité, cette opération pourrait aussi produire l’effet inverse. Cela pourrait arriver si le taux d’endettement de ce montage est peu compétitif ou si la durée d’allongement de la dette est trop longue. Les établissements bancaires n’acceptent pas aussi toutes les demandes de rachat qui leur parviennent. Seuls les dossiers de rachat de crédit qu’ils jugent qualitatifs peuvent obtenir un avis positif. Voilà pourquoi il convient de passer par un simulateur avant la souscription à ce rachat de crédit.

Cette calculatrice présente en haut de ce site aide les souscripteurs à ce montage à établir le coût de ce refinancement et son impact sur leur budget. A l’issue de cette démarche gratuite, ils peuvent avoir une idée plus précise du montant et de la durée de ce regroupement de dettes, de la mensualité adoucie et du taux d’intérêt de l’opération. Ce devis approximatif lui permet ainsi de préparer son budget tout en l’aidant à visualiser ce que sera le gain financier avec la mise en place de ce montage et s’il est éligible à la trésorerie.

Par ailleurs, le simulateur gratuit sur ce site est accessible à toute heure. Le candidat au regroupement de dettes n’aura pas besoin de prendre des rendez-vous auprès d’un conseiller pour simuler le coût de son projet. Il lui suffit de se connecter sur sa tablette ou son appareil mobile pour évaluer en un minimum de temps la faisabilité de son rachat.

Retour