Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Quels sont les groupes de populations surendettées ?

Le surendettement est une situation de détresse financière à cause de laquelle le concerné n’arrive plus à rembourser ses dettes non professionnelles telles que les charges courantes et/ou les mensualités des crédits. Rappelons que parmi les charges courantes, il y a le loyer, la facture d’électricité et d’eau, etc. Dans l’Hexagone, la majorité des surendettés sont âgés entre 40 à 50 ans. Les plus touchés sont les pères de famille divorcés à la charge desquels vient s’ajouter le paiement de pension alimentaire. En effet, après le divorce, les revenus de la conjointe ne sont plus à la disposition du ménage. En plus, les patrimoines de l’ex-mari diminuent pour payer la pension en plus des mensualités des crédits qu’il a contractés à son nom. Viennent ensuite les veufs et les veuves et puis les victimes de perte d’emploi.

Primo, les ménages sont confrontés à cette situation à cause de l’augmentation de leurs besoins qu’ils tentent de combler en souscrivant des prêts. L’accumulation des crédits fait en sorte que les sources de revenus disponibles n’arrivent plus à éponger les engagements financiers. Secundo, le surendettement peut survenir en cas de baisse de revenu due à une perte d’emploi, à l’échec d’un investissement, à la faillite de son entreprise individuelle, etc. Tertio, cela peut survenir suite à la baisse de pouvoir d’achat consécutif à une crise économique.

En souscrivant des crédits, l’emprunteur sait qu’il est en mesure de les rembourser puisque le calcul de solvabilité et du taux d’endettement se fait au préalable. Or, une baisse de revenu peut créer des difficultés financières conduisant à un surendettement. Il importe de bien connaître cette situation afin de l’éviter ou de trouver une meilleure solution pour s’en sortir.
D’où viennent les baisses de revenus, source du surendettement ?
La diminution de ressources financières peut résulter de nombreuses causes :

  • Perte d’emploi à cause de motifs divers : licenciement, compression de personnel, faillite de l’employeur, accident ou maladie causant l’incapacité à travailler, etc.
  • Perte de revenus du conjoint : divorce, décès de l’un des époux, perte de l’emploi de l’un d’eux.
  • Réduction de bénéfice d’un commerce ou d’une entreprise dans le cas où le débiteur est un entrepreneur.
  • Perte d’une source de revenus supplémentaires (investissement, métier manuel, second emploi, etc.).

Comment éviter d’être surendetté suite à une baisse de revenu ?
S’il est parfois impossible d’empêcher une diminution de ressources de se produire, il est tout à fait possible de prévoir surendettement qui en est la conséquence. Ainsi, il y a quelques astuces pour éviter le surendettement. Il faut attendre d’avoir une situation professionnelle stable avant de contracter un prêt. Il convient donc d’éviter par exemple d’emprunter quand on vient juste d’être embauché ou qu’on est encore CDD. Il faut attendre qu’un investissement soit complètement rentable et productif avant de se lancer dans un emprunt.
Le montant maximum des mensualités autorisé est de 30% du revenu mensuel. Il faut alors prendre une marge est de ne pas dépasser le 15% de ce revenu. Dans ce cas, si les ressources viennent à diminuer, le débiteur peut rembourser ses dettes tout en bénéficiant du minimum pour vivre. Au lieu d’emprunter, pourquoi ne pas épargner d’abord ? Comme quoi l’épargne aide l’intéressé à faire face à la baisse des ressources financières.

Les dettes naissent d’une volonté d’améliorer le niveau de vie. Mais quand celles-ci s’accumulent, le revenu disponible n’arrive plus à payer les mensualités et met le débiteur dans une situation de surendettement.
Dans quel cas les mensualités peuvent être très lourdes ?
Le montant total des mensualités est connu au moment de souscrire demander un crédit. L’emprunteur ne peut obtenir un nouveau crédit à cette date que si celui soit inférieur ou égal à 30 % de ses revenus mensuels. Le reste étant considéré comme minimum pour vivre et servira à payer les charges du ménage. Or, les mensualités deviennent pénalisantes pour les foyers quand les charges augmentent.

  • Hausse de prix entraînant l’augmentation du budget nécessaire pour la vie courante (alimentation, logement, éducation, transport, santé, etc.).
  • Augmentation des charges suite à un événement comme la naissance ou l’adoption d’un enfant, l’achat d’une voiture (carburant, entretien), déménagement, etc.
  • Souscription à une épargne et/ou à une assurance (assurance-vie, assurance-auto) faisant augmenter la somme prélevée mensuellement sur le salaire.
  • Les mensualités, même si elles ne dépassent pas le maximum légal, deviennent difficiles à rembourser pour la famille compte tenu de leur montant et de leur disparité (crédit renouvelable, prêt immobilier, prêt auto, etc.).
  • Comment éviter le surendettement à cause des mensualités très lourdes ?
    La première chose à faire est de faire le maximum possible pour éviter d’accumuler des dettes. Il convient donc d’attendre que les prêts à moyen terme de 18 mois à 3 ans soient remboursés avant de s’engager dans un emprunt à longue durée. Et inversement, il faut éviter autant que possible de combiner deux à trois prêts dont l’échéance restante de chacun est supérieure à 1 an. Il est conseillé de ne pas emprunter dans les périodes où les charges du ménage vont augmenter comme la naissance d’un enfant, le déménagement imminent dans une ville où la vie est plus chère, etc. Pour l’achat des produits comme les électroménagers, il faut économiser ou épargner au lieu de souscrire un crédit renouvelable.

    Est surendettée une personne qui n’arrive plus à rembourser ses dettes et à payer ses factures. Le surendettement peut survenir quand la personne souscrit de nouveaux crédits alors que ses revenus baissent.
    S’endetter pour ne pas perdre le confort
    Il se peut qu’une personne n’arrive plus à mener ses trains de vie habituels quand ses ressources financières diminuent. On parle alors de chute de niveau de vie. Pour tenter de compenser cette situation, l’intéressé contracte des prêts pour continuer à vivre comme avant (voyager, faire la fête, habiter une grande maison, mettre des habits chers, rouler en voiture, etc.). Et c’est à partir de là qu’il entre dans un engrenage infernal. Ses revenus n’arrivent plus à régler ses factures alors que le moment venu, les mensualités des crédits souscrits doivent être payées. Ceci crée alors une situation de surendettement. Cette situation peut s’aggraver quand la personne commence à mentir sur sa situation pour obtenir de nouveaux prêts. Or, le report d’échéance et la facilité de paiement en cas de surendettement sont valables uniquement quand la personne est de bonne foi.
    Emprunter en attendant que ça aille mieux
    Les revenus d’une famille peuvent baisser pour diverses raisons (perte d’emploi, commerce qui fait faillite, investissement non rentabilisé, etc.). Elle peut alors souscrire à un prêt pour faire face à cette situation. Il s’agit par exemple de souscrire un prêt à la consommation pour régler les frais d’études des enfants. Or, la situation peut s’enliser quand celui qui a perdu son emploi n’est pas encore embauché. Ses indemnités de licenciement et son solde de tout compte sont épuisés alors que le ménage doit payer ses charges et rembourser son nouvel emprunt. Le surendettement survient inéluctablement. Dans les deux cas, il faut éviter de contracter un prêt quand la situation financière devient critique.

Retour