Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat de crédit secundo accédant quelles différences ?

Les établissements bancaires favorisent toujours les demandes de financement des secundo accédants. Ce terme désigne la famille ou la personne qui souhaite acquérir une deuxième fois leur résidence principale. La situation diffère donc du premier achat. Où résident les différences ? Quels sont les impacts de ces différences sur les modalités du crédit ? Explications.

Cette appellation se réfère à des ménages ou à des personnes célibataires qui sont à leur deuxième acquisition de résidence principale. Ils possèdent donc déjà une résidence principale et font l’achat d’un deuxième habitat afin d’y vivre, en vendant ou non l’ancien patrimoine. Ils peuvent ressentir ce besoin d’acheter un nouveau logement lorsque leur famille s’agrandit, ou leur situation financière s’améliore ou ils ont une rentrée d’argent inattendue suite à un héritage. Le plus souvent, ces propriétaires ont recours à un crédit immobilier afin de réaliser leur projet. Cette clientèle ayant une ressource d’argent stable constitue plus de 20 % des emprunteurs pour l’année 2016. Ce pourcentage s’explique par les taux d’intérêts ultra compétitifs du marché. Certaines études ont indiqué que le profil type d’un secundo accédant pour l’année 2016 était un emprunteur cadre de 41 ans avec un salaire moyen de 5600 euros net. Il disposait de l’argent dans les produits d’épargne de 94 000 euros ou d’un fonds personnel de 55 000 euros. Les chiffres indiquent également que 40 % des nouveaux acquéreurs pour la seconde fois d’un bien immobilier vendent leur premier bien afin de pouvoir prétendre au financement du second. Cependant, le processus d’acquisition d’un bien immobilier pour les personnes déjà propriétaires d’un logement est différent du premier.

En général, les personnes qui se lancent pour la seconde fois dans l’achat d’un logement ont un apport personnel plus conséquent comparé aux primo-accédants. Soit qu’ils disposent du fruit de la vente de leur maison, ou ils ont pu se constituer une épargne plus importante dû à leur revenus confortables. Ces nouveaux acheteurs ont donc un besoin en financement plus important. Contrairement aux primo-accédants, ces acquéreurs d’immobiliers pour la deuxième fois bénéficient des conditions de crédit beaucoup plus avantageuses avec une durée de remboursement plus longue et des taux d’intérêts plus bas. Cela parce que leur situation financière et familiale rassure les banques. En effet, le second achat intervient souvent après le cap de la quarantaine, la période ou une personne acquiert normalement de stabilité et de maturité dans sa profession et sa vie familiale. On remarque aussi que cet achat ne se fait pas souvent dans le neuf. Par ailleurs, le financement d’un second prêt immobilier s’effectue également souvent par un seul crédit bancaire, contrairement aux premiers acheteurs qui font appel à du prêt à taux zéro ou à un prêt à l’accession sociale.

Même si ces emprunteurs disposent d’un budget suffisant pour prétendre à un nouvel investissement dans l’immobilier, il se peut que les aléas de la vie impactent sur leur finances. Ce qui fait qu’ils ont de difficulté ou d’empêchement à honorer le versement de mensualités de remboursement. Pour éviter les incidents de paiement qui mènent au fichage FICP, il y a la solution de rachat de crédit. Cette solution diffère du relais rachat ou du rachat-revente même s’il y a quelques similarités entre ces procédures, à savoir les indemnités du remboursement anticipé. Pour la solution de financement de relais rachat par exemple, la banque fait le rachat du crédit en cours de l’emprunteur et il le rajoute à son nouveau prêt. L’établissement donne une avance de 70 % de la valeur de la résidence afin de garder le taux d’endettement de l’emprunteur au-dessous du plafond. Or, il faut savoir que ces solutions sont à la fin plus coûteuses que le rachat de crédit parce que le capital restant dû du premier crédit ainsi que les pénalités du remboursement anticipé y sont intégrés. Par contre, le regroupement de dettes ou le rachat de crédit est une opération financière qui permet de regrouper les crédits existants ou une partie en un seul prêt à un taux d’intérêt moins élevé et des mensualités plus abordables. Cette sortie d’endettement permet ainsi aux acheteurs de bien immobilier pour la seconde fois d’assainir leur finance tout en remboursant leur dette. Soulignons d’ailleurs que le taux d’endettement d’un ménage ne doit pas dépasser 33 %. Le ménage qui a souscrit à un relais rachat pour sa deuxième acquisition d’une résidence peut aussi opter pour la restructuration de dettes.
Exemple d’un rachat de crédit d’un client expérimenté dans le bien immobilier. Un ménage a acheté un premier bien immobilier à 250 000 euros à l’aide d’un prêt remboursable pendant 25 ans. Au bout de 8 ans, le couple a décidé de revendre la maison. Cette revente leur a permis de disposer d’un apport de 60 000 euros issu de l’écart du prix et de leur apport personnel. Ils décident alors de partir dans une nouvelle aventure et de recourir à un autre emprunt afin d’acheter une maison de meilleure qualité de 300 000 euros. Or, au cours du remboursement du deuxième prêt bancaire, ils ont rencontré de difficulté de remboursement dû à un arrêt de travail inattendu. D’autres dépenses imprévues viennent aussi s’ajouter dans le lot de mauvaises surprises. Afin d’éviter la commission de surendettement, ils ont cherché un établissement bancaire qui peut racheter leur crédit immobilier à des conditions plus attractives. Après quelques recherches, le ménage a pu dénicher une banque qui accepte de regrouper son crédit immobilier et ses autres dettes à un taux d’intérêt moins élevé que son ancien crédit.

Couple marié, pacsé ou célibataire, il est toujours intéressant de faire de recherche lorsqu’on souhaite racheter ses crédits même si on a déjà quelques expériences des établissements prêteurs. En effet, le bénéfice d’une restructuration de dettes dépend de plusieurs critères : le taux d’intérêt du nouveau crédit doit être à la baisse. Il faut au moins un écart de 1% dans la différence de taux entre l’ancien prêt immobilier et le nouveau rachat pour que ce dernier soit rentable. L’emprunteur devrait ainsi recourir aux comparateurs de rachat en ligne afin de trouver le taux le plus avantageux. Le montant des échéances mensuelles, le coût de l’assurance-emprunteur, la durée du remboursement, le montant des pénalités de remboursement ainsi que le frais de dossier doivent aussi être comparés. Le candidat au rachat peut aussi d’ailleurs, demander un devis gratuit et sans engagement auprès de quelques établissements de rachat afin d’avoir l’offre le plus adaptée à son budget et à sa finance.

Lorsque la finance d’un foyer est déséquilibrée, cette solution permet de faire descendre son taux d’endettement au-dessous du seuil limite de 33 %. Une partie ou tous les crédits en cours peuvent être regroupés. La nouvelle mensualité s’adaptera alors à la capacité de remboursement du nouveau ménage. En revanche, le coût total du crédit du rachat est plus important à cause de l’étalement du remboursement. Enfin, si le taux d’endettement de l’emprunteur environne 35 %, la banque propose souvent la renégociation du crédit au lieu du regroupement de dettes.

Retour