Rachat de crédit simulation

Simulateur de regroupement de prêt en ligne avec réponse immediate

Rachat crédit conso : définition et informations à retenir

Un rachat de crédit ou un regroupement de crédit représente une opération qui consiste à fusionner plusieurs crédits en un seul et nouveau crédit. Cette opération bancaire permet à un emprunteur une situation simplifiée avec une seule mensualité remboursée en une fois, contre plusieurs comptes en différentes banques à chaque fin de mois.

Le rachat de crédit permet de réduire le taux d’endettement, permet la souplesse dans la gestion du budget, un allègement des frais mensuels avec un taux unique, une diminution du coût des assurances. Le rachat de crédit peut permettre de réduire le taux de crédits contractés qui ont été négociés antérieurement. En revanche, le rachat de crédit est une opération qui entraîne pour l’emprunteur un allongement de la durée de remboursement, et aussi une majoration du coût total du nouveau crédit.

Pour réaliser des projets, les foyers français aiment contracter des crédits. Le crédit auto se trouve au 1er rang des classements, suivi des divers crédits à la consommation. Si le ménage gère mal son budget et ses crédits, ou par accident il se passe une mauvaise passe financière, les fins de mois deviennent l’enfer. Le taux excessif d’endettement se pointe. Les tentations à contracter un autre nouveau crédit sont encouragées par la multiplication des offres de crédits à la consommation sur le marché. Par exemple : la famille a envie de payer à crédit ses vacances, ses effets vestimentaires, son électroménager, etc. en sus des crédits auto et des crédits habitat qui sont déjà en cours. Ce sont les échantillons des raisons qui engendrent l’idée de faire un rachat de crédit à la consommation. Au lieu de jongler entre les différentes mensualités et les taux d’intérêts ainsi que les différentes durées de remboursements, en sus des charges courantes incontournables telles que les factures, les nourritures, les loyers, etc. un rachat de crédit à la consommation représente une solution plus adéquate au ménage.

En réalisant un rachat de crédit à la consommation, le ménage peut éviter le surendettement, car le taux d’endettement diminue. Tous les crédits sont regroupés en un seul crédit auprès d’un seul établissement bancaire, avec un taux unique et fini le stress à chaque fin de mois. La gestion financière est allégée, avec une chance d’obtenir une trésorerie supplémentaire. En effet, nombreux avantages peuvent être soutirés du rachat de crédit conso. Parmi tant d’autres avantages, il y a la possibilité de négocier le taux d’intérêt du nouveau et unique crédit avec la possibilité d’échelonner le remboursement sur une période plus longue afin de réduire le montant des mensualités. Une bonne négociation peut permettre une réduction allant jusqu’à moins de 50% de toutes les échéances réunies. Il y a également la possibilité de réduire le coût des assurances emprunteur. Il n’y aura plus qu’une seule assurance-crédit pas chère.

Le principal indicateur d’évaluation du coût d’un rachat de crédit conso est le Taux Annuel Effectif Global ou TAEG. Toute offre de crédit ou de rachat de crédit doit comporter cet indicateur, au même titre que les coordonnées de l’établissement de financement. Le TAEG renferme diverses rubriques facturées à l’emprunteur, par exemples : le taux d’intérêt nominal, le coût de l’assurance, les frais de dossier, les frais annexes, etc. L’emprunteur est avisé que le taux du rachat de crédit conso peut être fixe, tandis que l’assurance est facultative. Pourtant, l’assurance est nécessaire pour renforcer le dossier. Lorsque l’établissement de financement s’intéresse à la demande de rachat de crédit, il envoie à son prospect le dossier pour signature auquel il ajoute nécessairement ces informations en sus des propositions des frais complémentaires. Parmi ces frais complémentaires, l’emprunteur doit s’attendre aux frais de dossier, aux frais d’intermédiation, aux indemnités de remboursement anticipés, etc. Il convient de rappeler la loi qui édicte qu’aucun frais ne soit pas facturé à l’emprunteur avant la signature finale et le déblocage du fonds demandé.

Retour