Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Crédits aux particuliers : les causes de leur accroissement rapide

Emprunter permet de bénéficier dans l’immédiat le service voulu ou du bien convoité quitte à sacrifier les revenus futurs pour son remboursement. Le nombre de ménages qui souscrit à différents types de prêt sont en nette augmentation, au point de se demander si s’endetter est devenu une nécessité inévitable. En dehors du pouvoir d’achat, deux facteurs incitent la famille à accroître ses dépenses en augmentant sa consommation : la disponibilité de l’offre et le prix des biens. Par exemple, en voyant ses voisins posséder des smartphones high-tech et toutes les possibilités que ceux-ci offre à leurs propriétaires, un homme est tenté d’en acheter pour vivre la même expérience.

Le crédit est une sorte d’avance octroyé à une personne afin qu’il puisse régler d’un seul coup un achat d’une valeur plus ou moins importante. À charge pour elle de rembourser petit à petit cette somme et son intérêt. Dans ce sens, le crédit permet de devenir le propriétaire d’un bien au lieu d’attendre indéfiniment que le budget nécessaire soit réuni.
Le crédit contribue à augmenter la consommation
Voici un exemple très simple : une voiture coûte 14 000 €, une personne qui touche un salaire de 2 900 € ne peut donc pas acheter cette voiture avec son salaire. Or, en empruntant les 14 000 € dans le cadre d’un crédit auto, il devient quelques semaines après le propriétaire du véhicule moyennant paiement de 258 € par mois pendant 5 ans. Il est donc judicieux de dire que le crédit permet à des personnes qui n’auraient pas pu acheter une voiture, vu leurs revenus, d’en devenir propriétaires. Le prêt incite également les ménages à acheter plus qu’il n’en a besoin. À titre d’exemple, pourquoi acheter un acheter une télé de 480 € quant le crédit à la consommation permet d’acheter une télé incurvé extra-plat connecté de 2 980 € ?
Le crédit peut détériorer la situation financière
Il est vrai que le crédit permet d’acquérir des biens qui vont faire partie du patrimoine. Mais le crédit n’est ni un don ni une aide, il doit être remboursé. L’emprunteur doit payer en outre les intérêts et les frais qui constituent le coût du crédit. En payant le coût du crédit, la situation financière du débiteur ne s’améliore pas. De ce fait, l’emprunt doit être souscrit avec prudence. Il ne devrait être utilisé que pour financer des besoins vitaux, importants ou productifs comme l’achat d’un logement, financement des études, investissement.

Les crédits aux particuliers sont en forte hausse d’année en année après un ralentissement entre 2009 et 2012. Ce phénomène n’est pas sans impact pour l’économie et le budget du ménage, d’où l’intérêt de se pencher sur la cause de cet enclin pour l’endettement.

Les conditions qui favorisent la croissance de crédits 
La hausse de crédits pour les particuliers est mesurée en fonction du volume de prêts accordés et le nombre d’emprunteurs. Voici les principales causes de cette croissance vertigineuse des emprunts :

  • Variété et disponibilité de l’offre

La création de prêt adapté et l’allègement des conditions d’obtention de crédit permettent à de nouveaux profils d’emprunteurs de grossir les rangs des endettés. Il en est du prêt étudiant ou encore, la possibilité offert aux chômeurs de contracter un prêt (s’ils ont une caution ou un garanti réel). C’est aussi le cas de la baisse du taux d’intérêt de crédit.

  • Incitation à la consommation

Le prix attractif de l’immobilier et les facilités accordées aux primo-accédants encouragent les ménages à souscrire un prêt immobilier pour devenir propriétaire. Les opérations marketing comme les soldes, les publicités ainsi que la prolifération des produits attractifs (équipement de maison, produits high-tech, voitures neuves, etc.) favorisent les achats qui passent souvent par le prêt à la consommation.

La situation conjoncturelle qui favorise l’endettement
Dans le début des années 1900, posséder un poste de télévision ou une voiture était un signe de richesse. Actuellement, posséder de tels matériels ainsi que d’autres équipements est devenu une obligation dans la mentalité collective et que tout le monde pense qu’il faut tout avoir tout de suite.

  • Après paiement des dépenses obligatoires comme les factures énergies, les frais de transports et les frais liés à l’éducation ou encore les impôts, il reste peu d’argent disponible pour le confort et le plaisir.
  • Et au lieu d’épargner ce qui prend du temps pour jouir le bien convoité, les familles préfèrent plutôt emprunter et miser sur l’avenir.

Comment achète-t-on une voiture de 24 000 € pour une couple avec deux enfants qui perçoit un total de 4 450 €/mois (double du salaire moyen) alors que le minimum requis pour vivre décemment en France est de 3 300 € pour un tel ménage ? Rappelons que c’est le chiffre suite à une publication de l’Observatoire nationale de la pauvreté et de l’exclusion sociale en France. Sachant qu’une grande partie du reste de ce ressources financières va être accordée au confort, combien restera-t-il pour ladite voiture ?
Deux options s’ouvrent pour la famille : épargner ou emprunter. Et il faut reconnaître que beaucoup choisissent le crédit car il permet de d’obtenir ce que l’on veut dans un plus bref délai. En effet, avec le prêt, la somme voulue est disponible juste après l’accord. Avec l’épargne, il faut attendre parfois jusqu’à plus de dix ans pour réunir le capital nécessaire. Or qui dit crédit dit endettement, l’emprunteur devient débiteur jusqu’au remboursement complet de son emprunt. En parallèle, de nombreux particuliers cumulent différentes sortes de crédits (prêt immobilier, prêt auto, crédit renouvelable, etc.) tout au long de leur vie.
Ainsi, même si s’endetter n’est pas obligatoire, cette démarche est devenue une tendance pour l’acquisition de produits dont les prix dépassent la ressource disponible.

Dans l’acception juridique d’une entreprise individuelle, il est dit que « les patrimoines de l’entrepreneur se confondent avec celui de l’entreprise ». Dans ce sens, la difficulté financière de l’entreprise se répercute sur celui de l’entrepreneur et vice-versa. Ce qui aboutit à une logique d’endettement plus grave que celui d’un ménage ordinaire.
Primo, l’entrepreneur individuel est indéfiniment et solidairement responsable des dettes de son entreprise. De ce fait, il met ses patrimoines individuels comme ses biens immobiliers, ses revenus, ses créances quand il emprunte pour l’exploitation de son entreprise. En effet, les créanciers peuvent exiger le remboursement des prêts par la saisie et vente des biens de l’entrepreneur. Donc, qui s’endette pour son entreprise, s’endette pour son foyer. Or le crédit d’entreprise est indispensable pour le développement de l’activité.
Secundo, l’entreprise est la source de revenu principale de son exploitant. Quand celle-ci subit des pertes, il est tout à fait logique que l’entrepreneur a des difficultés financières pour subvenir aux besoins de sa famille. De plus, à cause de la confusion de patrimoine, quand la société est en redressement judiciaire ou en faillite, le ménage de l’entrepreneur devient débiteur des impayés de celle-ci.
Ainsi donc, en matière entrepreneuriat individuel, les dettes de l’entreprise deviennent les dettes l’entrepreneur et de son foyer et que les difficultés financières de l’entreprise peuvent contraindre son propriétaire à emprunter pour aider sa famille. Ce qui revient à dire que le confondre activité professionnelle et vie privée est une source d’endettement pour l’entrepreneur individuel.

Retour