Rachat de crédit

Comparatif des taux de crédit & Simulateur de regroupement de prêt

Rachat de crédit et déduction des intérêts d’emprunt

Chaque année, nombreux sont les propriétaires de maisons ou d’immeuble qui ont de difficulté de remboursement des échéances mensuelles de prêt immobilier et qui se rabattent sur le regroupement de crédits. Cette solution permet non seulement de baisser le montant de mensualités mais augmente également la capacité d’endettement de l’emprunteur et son pouvoir d’achat. Il importe seulement avant de signer un contrat de rachat de crédits de recourir à un comparatif afin de trier la proposition de restructuration de dettes la plus avantageuse. Notons que le taux d’intérêt et la déduction des intérêts d’emprunt sont des éléments importants dans le choix du contrat. Zoom sur le rachat de crédit et cette déduction des intérêts d’emprunt.

Le surendettement est un phénomène de plus en plus courant. Il peut concerner le ménage ayant une ressource d’argent le plus modique jusqu’aux foyers les plus favorisés. C’est une situation qui pourrait survenir après avoir contracté crédit après crédit. Même s’il n’y avait pas d’imprévu, il se pourrait que le ménage ait de problèmes à acquitter les échéances aux dates convenus dans le contrat. L’avantage du rachat de crédit c’est qu’il permet de rassembler tous les crédits (revolving, à la consommation, immobilier, dettes fiscales etc.) en un unique prêt. Grâce à ce regroupement, l’emprunteur peut bénéficier d’une réduction d’échéance mensuelle allant jusqu’à 60%. Cela l’aide à avoir suffisamment des ressources pour assumer ses dépenses au quotidien. La mensualité unique sera étalée dans une période plus longue et le prêt sera assorti d’un taux moins élevé. Il existe plusieurs formules de rachat telles que le rachat de crédit pour les propriétaires, le rachat de crédit à la consommation, le regroupement de prêt à la consommation et le prêt immobilier, le regroupement de crédit hypothécaire. Mais le problème qui tracasse ceux qui veulent faire racheter leur prêt bancaire par un autre organisme c’est la question de savoir s’ils peuvent toujours bénéficier d’une déduction d’emprunt comme ils l’ont fait dans leur prêt en cours. Par exemple, une personne a fait l’acquisition d’un logement neuf il y a une dizaine d’années et il l’a mis en location. L’appartement est éligible au dispositif de la loi Robien. Le propriétaire peut ainsi profiter d’un taux d’amortissement de 8% puis de 2,5%. Une défiscalisation non négligeable qui pourrait atteindre jusqu’à 65% du prix de l’achat du logement neuf. Or selon les conditions d’éligibilité à cette déduction des intérêts d’emprunt, le propriétaire ne doit pas revendre le bien avant la période de 9 ans, sinon il perdrait les avantages de déductions. Et qu’en est-il dans le cas de rachat de crédit ?

Si on se réfère au code général des impôts, il est possible de porter au compte des revenus locatifs certains frais. En effet, la législation stipule qu’une personne qui a fait l’achat d’un bien immobilier pour le louer par la suite peut déduire de ses revenus locatifs les intérêts. Il peut également bénéficier d’une déduction de ses frais de dossier lors de la souscription au crédit, de ses dépenses lors de travaux de réhabilitation, de rénovation ou d’aménagement de son bien. En d’autres mots, la déduction de la totalité des intérêts du prêt immobilier de ses revenus locatifs est possible. Evidemment, l’immeuble acheté en question doit être mis en location. Or, au vu de la baisse de taux d’intérêt, nombreux sont également les emprunteurs qui ont acheté une maison et qui veulent la faire racheter. Cela permet de réduire le coût du crédit tout en allégeant leur budget. En faisant un remboursement par anticipation, ils peuvent profiter d’un taux plus attractif. Et l’autre bonne nouvelle, c’est que les intérêts et les frais du rachat de prêt immobilier peuvent être affectés aux revenus fonciers. Ainsi, ils sont classés comme des frais déductibles sur les revenus fonciers. Rappelons encore que les frais englobent les frais de notaire et frais annexes au dossier. Les intérêts concernent l’acquisition, la réhabilitation ou la réparation de l’immeuble ou du logement. Le propriétaire endetté peut ainsi optimiser son budget tout en conservant toujours ses avantages fiscaux.
Remarques : la déduction d’intérêts d’emprunt est éligible dans la limite du montant indiqué dans le crédit initial. Ainsi, si l’emprunteur souhaite étaler son prêt dans la durée, en profitant du taux d’intérêt intéressant, il pourrait perdre cet avantage. Les frais de prises de garanties, et les nouveaux frais de dossiers ne seront pas alors déductibles.

En principe, un débiteur s’engage d’abord dans la solution de renégociation de crédit avant d’opter pour le rachat de crédit en cas de refus de renégociation de l’établissement bancaire. Cette pratique consiste à solliciter l’organisme financier afin qu’il applique un taux plus bas que celui qui est inscrit dans le contrat initial. Et ce taux demandé est naturellement bien plus bas que le taux actuel. Mais ce n’est pas sûr que l’établissement accepte cette demande sauf si le débiteur est un client fidèle ou il détient un bon scoring bancaire. Au cas où il accorde la demande, le surendetté pourrait aussi se réjouir car il pourrait conserver ses avantages de déduction des intérêts d’emprunt. Les intérêts d’une renégociation immobilière sont aussi déductibles des revenus fonciers.

Pour les acheteurs de résidence principale qui n’ont pas fait d’investissement locatif, ils peuvent avoir droit au crédit d’impôt. Les avantages de ce crédit d’impôt sont accessibles aux ménages qui ont fait l’achat de leur résidence principale et qui y habitent. Le logement peut être neuf ou ancien, rénové ou transformé en habitation. L’emprunt doit être octroyé par un organisme financier. Désormais, cet avantage fiscal fait la distinction pour la qualité du bien immobilier acheté. Mise en application depuis le 06 mai 2007, cette loi ne fait pas de différence entre les logements neufs et ceux usagés à son origine. Mais c’est depuis le 01er janvier 2010 que les logements anciens moins performants en énergie sont lésés. Le pouvoir public vise ainsi à encourager la population à la construction de logements moins consommateurs d’énergie. Le label Bâtiment basse consommation (BBC) distingue les logements. Si la consommation énergétique est moins de 50Kwh/m2/an, le montant de la déduction des intérêts s’élève à 40% des intérêts d’emprunt payés pendant 7 ans. Mais pour les bâtiments sans label, cet avantage est réduit à 20% pour les 4 années après la première année où l’intérêt est établi à 40%. La différence avec l’économie d’impôts entre le logement BBC et le sans label est conséquente. Le logement neuf performant en énergie bénéficie d’une économie trois fois importante que le bâtiment plus ancien. A noter que le propriétaire bénéficiant de ce crédit d’impôt peut toujours le bénéficier même s’il fait racheter son prêt immobilier par un autre organisme financier.

Le regroupement de crédit permet de garder certains avantages fiscaux. Toutefois, il est conseillé de bien se renseigner auprès du conseiller de l’établissement bancaire afin de savoir si son éligibilité à un tel ou tel avantage est toujours valable. La mise en concurrence des diverses propositions des organismes de rachat est également à recommander.

Retour